Aquabiking, les vélos s’invitent dans les piscines

L’aquabike à Bellerive-sur-Allier est un sport très prisé. Il permet à la fois de se dépenser et de limiter les blessures, sans parler des bienfaits de l’eau sur le système vasculaire du corps. 45 minutes de pédalage, de musique et de sourire.

Anaïs Giffard, animatrice titulaire d’aquabike au stade Aquatique de Bellerive-sur-Allier, range son vélo à la fin de la séance. Photo : Jeanne Paumier

Anaïs Giffard, animatrice titulaire d’aquabike au stade Aquatique de Bellerive-sur-Allier, range son vélo à la fin de la séance. Photo : Jeanne Paumier

Un guidon, une selle et les cuisses qui brûlent. Pour ce sport, on laisse son jogging à la maison. Le maillot de bain et la bouteille d’eau seront plus utiles. Au stade aquatique de Bellerive-sur-Allier, des créneaux d’aquabiking sont proposés du lundi au samedi, sur inscription. À chaque début de séance, on prend un des vélos entreposés à côté du pédiluve. Une fois à l’eau, on pédale pendant 45 minutes, en musique et avec le sourire. Ce sport fait travailler le cardio, l’équilibre et les abdos. À la différence du vélo elliptique, l’aquabike se pratique en groupe : « On est toujours en cercle. On se voit tous, c’est plus sympa », décrit Virginie, une adhérente occasionnelle. En effet, la structure met à disposition 18 vélos pour chaque séance. C’est une activité qui semble plaire aux amateurs, et surtout aux amatrices du stade aquatique. Rares sont les fois où les vélos restent au bord de la piscine. Même si elle n’assiste pas à toutes les séances, Virginie n’a pas choisi son créneau au hasard : « Ils sont plusieurs à animer ce cours, mais avec Anaïs, ça bouge bien », se réjouit-elle. 

L’eau, un élément qui change la donne

L’atout majeur de l’aquabiking est dans son nom : l’eau. « L’aquabike est très bon pour la circulation sanguine et tout ce qui est retour veineux grâce à la pression de l’eau », indique Anaïs Giffard, animatrice titulaire au centre aquatique de Bellerive-sur-Allier. Dans l’eau, les articulations de nos chevilles et de nos genoux sont bien moins soumises aux chocs avec le sol. On réduit considérablement les risques de blessures ou de douleurs articulaires. Sans oublier que l’eau est aussi un plus en termes de confort : « L’effort n’est pas ressenti pareil. En salle on a vite chaud et on a tendance à se décourager plus rapidement. Dans l’eau, on a l’impression de moins forcer parce qu’on transpire moins », détaille l’animatrice.

La satisfaction des adhérents, une priorité

Tout est fait pour s’adapter aux personnes qui participent à la séance : « Nous sommes plusieurs à faire les cours d’aquabike et nous avons chacun notre façon de travailler », développe Anaïs Giffard. À chaque début de cycle, elle interroge son groupe sur le type de cours qu’il souhaite suivre, veillant à s’adapter à l’âge et à la demande générale. « J’ai beaucoup de retours. Parfois on me demande que ça bouge plus, d’autres fois un peu moins », explique-t-elle. La communication est la clé d’une séance réussie. 

Pourtant, il peut arriver que l’on soit dans l’impossibilité d’assister à une séance. C’est pourquoi, étant consciente du prix de l’activité, la structure a mis en place la possibilité d’annuler sa séance 24 heures à l’avance et de se replacer sur un autre créneau, au choix. 10 euros économisés et une séance renouvelée. En fin de trimestre, un apéritif est organisé pour échanger, dans la convivialité, sur les sessions à venir : « C’est un bon groupe. Tout le monde se dit “à la semaine prochaine”, ça les motive un peu plus », rapporte l’animatrice. Finalement, se vêtir d’un maillot plutôt que d’un manteau pour faire du vélo l’hiver peut s’avérer être une bonne option.

Lou Tidjani

 

 



Catégories :Le sport à Vichy

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :