Reportage. Le handisport, une voie importante pour l’éducation

Tous les samedis matin, Pauline Desnier entraîne un groupe très hétérogène de personnes handicapées à la piscine de Bellerive-sur-Allier. Les sportifs ont, par le biais du handisport, acquis de multiples connaissances, accru leur capacité physique et développé de vraies relations avec leurs camarades.

Au stade aquatique de Bellerive-sur-Allier, chaque samedi matin, c’est un groupe d’une dizaine de personnes handicapées qui se retrouve pour une heure trente de natation. La motivation pour entrer dans l’eau n’est pas flagrante chez les trois filles, Sarah, Lisa et Ilona : la température du bassin n’est pas à leur goût. Une fois leur dernier camarade, Damien, entré dans l’eau, elles se décident finalement à rejoindre l’entraînement, sous la houlette de Pauline Desnier.

Entraîneuse et vice-présidente de l’association handisport Vichy ville agglomération (HVVA), Pauline enseigne aux adhérents ce qu’elle considère être les valeurs éducatives du handisport, grâce à la natation. « Mon but est de leur apprendre à nager, mais aussi à être autonome et épanouis dans l’eau », explique-t-elle. Elle tente d’inculquer ces valeurs à chacun des participants du cours.

Pauline Desnier entraîne chaque samedi matin un groupe de personnes handicapées au stade aquatique de Bellerive-sur-Allier. Photo : Raphaël Palma

Pauline Desnier entraîne chaque samedi matin un groupe de personnes handicapées au stade aquatique de Bellerive-sur-Allier. Photo : Raphaël Palma

Une méthode éducative

Pauline Desnier est accompagnée de Jérôme Driffaud, président de l’association handisport de Vichy agglomération, lors des séances d’entraînement. « Avec l’association, les jeunes et les moins jeunes ont la possibilité de pratiquer un sport tous ensemble », souligne Jérôme. Une volonté mise en application chaque samedi matin avec un panel de participants de tout âge, Ilona 18 ans, Edouard dit « Doudou », 31 ans, ou encore Lisa, 9 ans. Avec une telle diversité d’âges et de niveaux, Pauline sait qu’elle doit adapter ses remarques lors des entraînements. « 19 secondes Jérôme, c’est bien, mais tu dois avoir plus d’amplitude dans ton crawl sur la fin ! », s’exclame-t-elle juste avant de continuer sur un conseil plus modéré pour Lisa qui peine à démarrer ses longueurs.

Des séances ouvertes à tous

« On ouvre la pratique handisport aux valides qui souhaitent pratiquer avec notre groupe », souligne l’entraîneuse. La socialisation malgré le handicap est donc un point phare du travail de l’association. Le maître-mot de l’organisme : « la compréhension mutuelle ».

Ces séances permettent donc de créer de vraies relations entre handicapés et valides et empêchent toute mise à l’écart qui serait nuisible pour un parcours éducatif. 

Jérôme Driffaud prend d’abord l’exemple de l’école de Bellerive-sur-Allier, puis il généralise à l’ensemble de la France : « Il faut que les jeunes, qu’ils soient handicapés, valides ou à mobilité réduite, puissent être ensemble, c’est important pour l’éducation. »  Selon Pauline Desnier, la natation est une activité pertinente sur le plan éducatif. « Il y a une compréhension mutuelle de tous autour de cette activité bienfaisante, car les gens sortent de leurs fauteuils, enlèvent leurs prothèses et se retrouvent tous à flotter. » Des paroles que l’entraîneuse prononce tout en accompagnant Sarah à la descente de son fauteuil pour entrer dans l’eau au début de l’entraînement.

Damien entre doucement dans l’eau. Photo : Raphaël Palma

Damien entre doucement dans l’eau. Photo : Raphaël Palma

 

Des valeurs éducatives acquises

Un défi réussi pour l’association si l’on en croit les dires de Damien, « convivialité, ouverture d’esprit, voir que l’on peut même pratiquer d’autres sports, à titre personnel, je pratique aussi la boxe. » De son côté, Lisa a su s’émanciper au fil du temps de la présence de ses parents sur les bords du bassin. Elle a ensuite continué à s’entraîner dur aux côtés de Pauline pour réussir à accomplir ses premières longueurs à l’âge de 9 ans malgré son handicap. Pauline Desniers dégage quant à elle différentes valeurs éducatives du handisport, comme le respect. « C’est lié à la dépendance aux autres qui peut être créée par le handicap, cela induit la quasi-disparition d’un système de hiérarchisation ». Une compréhension de tous qui s’acquiert en partie par le handisport qui forme le parcours de chacun. 

Raphaël Palma



Catégories :Le sport à Vichy

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :