Devenir éducateur sportif au CREPS de Vichy

Théa Gendreau et Enzo Cazat sont tous deux étudiants au Centre de Ressources d’Expertise et de Performance Sportive (CREPS) de Vichy pour devenir éducateurs sportifs. Il leur suffira d’une seule année pour obtenir leur diplôme grâce à un enseignement qui fait figure de fer de lance en matière de pratique.

 

Théa Gendreau sort tout juste du lycée mais est déjà sûre de ce qu’elle va faire de sa vie : du sport. Photo : Théa Gendreau

 

Enzo Cazat a mis du temps à se trouver. Avant de rejoindre le CREPS, l’étudiant était dans le multimédia. Photo : Esther Dabert

Entre handisport et perfectionnement sportif, le CREPS de Vichy s’est forgé une image d’établissement d’excellence en matière d’éducation sportive. Pourtant, même si elles attirent de plus en plus de curieux, certaines de ses formations restent plutôt méconnues. C’est le cas de celles de Théa Gendreau et d’Enzo Cazat qui ont décidé de se consacrer à l’enseignement du sport. Leur diplôme, le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport (BPJEPS), sera le même. Seule différence, leur spécialisation. Enzo s’imagine travailler avec des enfants, leur donner des cours d’initiation sportive en créant des concepts et des jeux ludo-sportifs. Théa, de son côté, a plutôt une âme d’athlète. Ce qu’elle souhaite faire de sa vie, c’est de l’haltérophilie, de la musculation, de la préparation sportive.

Une année pour tout apprendre

Ces formations sont la voie principale pour devenir éducateur sportif au CREPS.  « On fonctionne globalement de la même manière avec un même tronc commun général. On fait de l’anatomie, de la physiologie et même de la sociologie avec une caractérisation des publics », explique Théa. Point fort de leur formation, elle ne dure qu’une seule année. « On a une petite partie de théorie durant laquelle on est dans une salle de classe pour apprendre les bases, parce que nous sommes bien obligés, mais, directement après, on va mettre en pratique. Par exemple, en ce qui concerne la pédagogie, on va créer nos propres séances. C’est hyper bénéfique parce que ça permet de relier les connaissances théoriques et pratiques », détaille Enzo.

C’est justement à cet aspect concret que les deux étudiants amateurs de boxe aspiraient en rejoignant la formation. « Le CREPS, c’est professionnalisant. Je n’aime pas trop les études dans le style cours en amphithéâtre, ce n’est pas un truc qui m’attire vraiment. Là, il y a beaucoup de concret. On a des mises en situation, on est sur le terrain la plupart du temps donc c’est quelque chose qui me plait beaucoup », ajoute-t-il. 

Une année de pratique et de professionnalisation

Avec leurs deux stages en alternance en parallèle des cours, Enzo et Théa pourront travailler directement sans suivre d’autres formations. « Quand on sort de l’école d’habitude, on ne sait pas trop quoi faire, mais là on commence à avoir des bagages qui nous permettraient d’avoir un CDI juste après », explique Théa.

L’étudiante a pour ambition de continuer ses études afin de pouvoir se spécialiser tandis qu’Enzo ne voit pas l’avenir du même œil.  « Moi je pense que, l’année prochaine, je vais directement travailler. Les études c’est bien mais c’est quand même plus sympa d’être au contact des jeunes. »

 

Esther Dabert


Le centre de ressources, d’expertise et de performance sportive qu’est le CREPS de Vichy accueille différents types de profils, étudiants, professionnels de formation, sportifs de haut niveau ou encore équipes médicales. Un panel de fonctions qui en fait l’un des CREPS les plus importants parmi les 17 centres répartis sur le territoire français.

Accueil du CREPS de Vichy, Crédit : Raphaël Palma

Le CREPS s’engage à la formation des étudiants dès l’obtention du bac et propose différents types de diplômes en lien avec le sport. De l’enseignement sportif général pour tous à des spécialisations en aviron ou en natation, les cours ont pour but de former des individus au professorat dans un domaine sportif. L’une des forces du CREPS de Vichy est qu’il propose une offre importante de sports aquatiques avec l’aviron et la natation en tête de gondole. 

Une infrastructure incontournable en France

Le CREPS de Vichy est le seul dans la région avec celui de Lyon. Cet établissement jouit d’une attractivité incontestable. Forte de ses 500 hectares, l’infrastructure cherche à accueillir des élites et à former celles de demain. Le CREPS de Vichy est ainsi estampillé « Centre de préparation des jeux olympiques et paralympiques Paris 2024 ». Tous les moyens et infrastructures disponibles sont mis à disposition. La piscine de Bellerive-sur-Allier, l’hippodrome ou encore le centre omnisports, tout est exploité.

Un rayonnement qui permet de donner une vraie considération aux diplômes et formations ayant lieu là-bas. Régulièrement, dans le cadre des « stages haute performance », le CREPS et la ville de Vichy se veulent attractifs, mettant en avant capacité de logement, infrastructures sportives et qualité de vie, pour inciter les sportifs à se former au plus haut niveau.

Raphaël Palma

 

 



Catégories :Le sport à Vichy

Tags:,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :