« On se sent vulnérable » : à Lyon, le sentiment d’insécurité gagne du terrain

D’après un rapport publié par Ville-Data.com en octobre 2022, Lyon serait désormais la ville la plus dangereuse de France. Placée sous le feu des projecteurs avec cette montée de la délinquance, la ville des Lumières voit sa réputation chuter. 

La place Bellecour de Lyon est devenue un lieu où crimes et délits sévissent de plus en plus. Photo : Pixabay

La place Bellecour de Lyon est devenue un lieu où crimes et délits sévissent de plus en plus. Photo : Pixabay

« On n’a plus envie d’y aller », « Le danger est trop présent ! » Voici les termes utilisés par certains habitants aux alentours de Lyon qui ne veulent plus s’aventurer dans le centre-ville de la métropole. D’après les derniers rapports publiés par le ministère de l’Intérieur, la deuxième plus grande ville de France serait aussi « la plus dangereuse« . 

« J’ai déjà subi une agression au couteau »

Sur l’année 2021, les forces de police et de gendarmerie de Lyon ont enregistré un total de 42 625 infractions, contre 33 694 sur l’année précédente. Bien que certains expliquent qu’en 2022, ces chiffres ne sont pas en hausse, Lyon a tout de même le taux de criminalité le plus élevé de France. Toutes les infractions qui peuvent être recensées sont en constante augmentation depuis le mois de janvier 2022 sur la ville de Lyon. Une partie des Lyonnais ne se sentent pas rassurés, d’autant plus que les vols avec violence sont de plus en plus fréquents. La sérénité des beaux quartiers de Lyon n’est plus ce qu’elle était, comme en témoigne Marie, jeune commerciale dans le secteur de la boulangerie, qui habite dans le 6ème arrondissement de Lyon : « C’est devenu monnaie courante que je me fasse insulter ou siffler un peu partout… Même dans mon quartier qui est réputé pour son calme, je ne m’y sens plus aussi à l’aise qu’avant. J’ai déjà subi un vol à l’arraché et une agression au couteau, il faut que ça s’arrête… Où que l’on soit, on se sent vulnérable », souffle-t-elle. 

Ce sentiment d’insécurité semble confirmé par les statistiques puisque le risque moyen d’être victime d’un crime ou d’un délit sur la ville de Lyon est de 1 sur 13.  A terme, cette nouvelle réputation pourrait avoir des répercussions économiques pour la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Stopper l’hémorragie

Les quartiers de la Guillotière et de Lyon Duchère sont malheureusement réputés pour être des zones à risques. La plupart des lyonnais connaissent ces quartiers dangereux et beaucoup ne veulent pas s’en approcher. Mickaël, étudiant en école d’architecture et habitant du quartier de la Duchère, raconte : « C’est devenu presque invivable ! Tous les jours, des gens se font insulter sans aucune raison dans les transports, la zone est dangereuse pour les piétons à cause des rodéos qui ne s’arrêtent plus… J’étudie à Grenoble qui n’avait pas bonne réputation d’un point de vue sécuritaire, mais Lyon c’est pire ! », a-t-il affirmé. « Les quartiers ne sont pas responsables de tout, aujourd’hui, à Lyon, c’est dans toutes les rues qu’il y a un risque. Nous sommes tous concernés et devons agir pour sauver l’image de cette magnifique ville »

Vue aérienne du quartier de la Duchère. Photo : Numelyo

Vue aérienne du quartier de la Duchère. Photo : Numelyo

Marie-Hélène Mathieu, maire de la commune de Saint-Didier au Mont d’Or et conseillère régionale (LR) ajoute que « les élus sont en première ligne pour tous les sujets et bien sûr aussi pour celui de la délinquance. On se trouve face à des jeunes qui ne comprennent pas ce qu’est l’espace public, le bien vivre ensemble, le respect du voisinage, le respect des biens publics ». 

« Nous ne resterons pas les bras croisés »

La région Auvergne Rhône-Alpes, présidée par Laurent Wauquiez, a toujours prôné le bien-être de ses habitants avant tout. La problématique sécuritaire qui touche la ville de Lyon doit se résoudre car « Lyon est devenue une ville plus dangereuse que Saint-Denis », a affirmé l’élu du parti Les Républicains, il y a plusieurs mois, sur BFM Lyon

La conseillère régionale Marie-Hélène Mathieu explique que « la région est inquiète de cette situation et ne veut pas rester les bras croisés face à cette insécurité. La région a proposé son aide au maire de Lyon pour installer de la vidéo protection, ce qui a été refusé par Grégory Doucet ». Le Président de la Région Auvergne Rhônes-Alpes a souhaité débloquer un million d’euros pour une installation de vidéosurveillance dans les transports publics de la ville.

Le maire de Lyon n’a pas approuvé le projet et a utilisé cet argent notamment pour l’achat de barrières anti-véhicules béliers, de chasubles mais aussi de « toilettes publiques inclusives ». Bien que la mairie de Lyon n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, Grégory Doucet a toutefois affirmé sur le plateau de BFM Lyon que « la sécurité et la tranquillité publique était l’une de ses priorités ». Dans l’attente de nouvelles mesures, Lyon et la Région Auvergne Rhônes-Alpes souffrent d’une nouvelle renommée sur le plan de la sécurité.

Grégoire Manevy



Catégories :Auvergne

Tags:,

1 réponse

  1. super pour notre projet d’emc MERRRCCCIIIIII

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :