Péages sans flux : le futur s’invite sur les autoroutes de l’Allier

L’A79, 88 km d’autoroute connectée et plus sécurisée grâce à des péages sans barrière, c’est le pari d’ALIAE (Autoroute de Liaison Atlantique Europe) et d’Eiffage.

Photo libre de droit (Pexels)

Photo libre de droit (Pexels)

Fini la pollution causée par la circulation entrecoupée devant les barrières des péages et peut-être même la disparition des bouchons sans fin. C’est la promesse faite par les groupes Eiffage et ALIAE (Autoroute de Liaison Atlantique Europe) avec l’ouverture de la première autoroute nouvelle génération de France : l’A79. Une autoroute connectée, équipée de plusieurs portiques de péages sans barrière, dit « sans flux » ou « free flow » et qui reliera Montmarault dans l’Allier à Digoin en Saône-et-Loire, soit une distance de 88 kilomètres sur la RCEA (Route Centre-Europe Atlantique).

Dans l’Allier, la première portion de 30 kilomètres de cette autoroute du futur a été inaugurée cet été, en juillet 2022. La fin des travaux, quant à elle, est prévue pour la fin de l’automne 2022 et la RN79 sera alors remplacée par une quatre voies équipées de six portiques de péages sans flux.

Comment cela va-t-il fonctionner ?

Ces péages de nouvelle génération ne sont pas inédits dans le monde. En effet, d’autres pays utilisent déjà ces portiques. C’est le cas de l’Espagne, du Portugal et de l’Autriche, mais aussi du Brésil ou encore de l’Inde. Cependant, ce système de péage n’a été autorisé en France qu’en décembre 2019 seulement, avec le passage de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), permettant ainsi une révolution de l’innovation dans le domaine des transports.

L’installation de ces six portiques sur la nouvelle autoroute A79 est donc une première en France. Un système unique développé par Eiffage et très performant. Selon la société, ce dernier fonctionne par tous les temps et est capable de détecter les badges de télépéages, les plaques d’immatriculation ainsi que les différents types de véhicules sans difficultés. Une technologie de pointe, composée de plusieurs caméras infrarouges, d’antennes de télépéages et de différents capteurs qui transmettent ces informations à Eiffage pour facturer les automobilistes. 

Sur ces 88 kilomètres, plus besoin donc de s’arrêter, ni d’ouvrir la fenêtre en hiver pour payer ou attraper un ticket. Le seul péage physique encore présent sur cette portion est celui des Deux-Chaises, qui marque l’entrée ou la sortie de l’autoroute A71 et donc le début ou la fin de l’autoroute A79, selon le sens de votre trajet. 

Et pour les paiements ?

Pour les moyens de paiements aussi il y a du changement, quatre options s’offrent aux automobilistes. IBAN, CB, Espèce ou encore Carte dédiée au paiement du télépéage : voici la liste des multiples options de paiement au choix pour chaque automobiliste. Offrir une grande diversité de paiements aux usagers de la route est une des volontés d’Eiffage et d’ALIAE.

Mais est-ce vraiment plus pratique pour les automobilistes ? Bertrand Sirol, gérant du magasin Keck’s à Vichy, est un usager régulier de la route. Il approvisionne lui-même son commerce en prenant la route à ses frais. Comme il privilégie les produits de grande qualité, il n’hésite pas à aller chercher ses grains de café en Italie : « Cela part d’un bon sentiment, mais les personnes qui n’ont pas de carte bancaire sont quand même en difficulté. Je pense notamment aux personnes qui sont au RSA. Aller aux bornes des aires de repos est un réflexe à prendre« , constate-t-il. Les personnes  carte bancaire ne seront pas les seules à en pâtir. En effet, les personnes moins habiles avec la technologie sont presque lâchées dans la nature face à autant de changement. “On n’est pas au courant. Je me demande comment vont faire les personnes âgées qui sont moins à l’aise avec internet”, ajoute Bertrand Sirol. 

Néanmoins une question subsiste : si les usagers ne paient pas leur passage sur l’autoroute, quel sera le montant de l’amende ? Malheureusement, les groupes Eiffage et ALIAE n’ont pas souhaité répondre. 

Il ne reste plus qu’à espérer que les usagers de la route sauront s’adapter rapidement aux nouveaux moyens de paiement. Malgré tout, cette innovation offre aujourd’hui aux Bourbonnais et aux Bourbonnaises une meilleure fluidité du trafic dans leur département. Le tout dans une démarche écologique et pratique.



Catégories :Auvergne

Tags:,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :