Le grand marché de Nègrepelisse : le rendez-vous automnal qu’il ne fallait pas manquer

Dimanche 23 octobre s’est déroulé le marché d’automne de Nègrepelisse. Avec sa centaine d’exposants et ses nombreuses activités, ce marché autrefois beaucoup moins animé prend des couleurs en puisant dans les forces vives de la région.

Le marché d’automne de Nègrepelisse a été une grande réussite. Photo : Léo Pignol

Le marché d’automne de Nègrepelisse a été une grande réussite. Photo : Léo Pignol

 

Musique, danse, concours et nourriture. Non ce n’est pas n’importe quel événement, c’est le marché d’automne de Nègrepelisse (Tarn-et-Garonne). Avec plus d’une centaine d’exposants, difficile de voir le sol et les murs du village. Le jaune des bâtiments et le gris du pavement disparaissent, remplacés par des stands de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Où que l’on soit, on peut entendre un orchestre de cuivres jouer et sentir les effluves d’au moins deux stands de nourriture.

Pourtant, le marché de Nègrepelisse n’a pas toujours été rempli de musique et de mets divers et variés. Selon la mairie et les marchands, la mutation a commencé il y a deux ans avec les investissements réalisés pour améliorer la qualité de la manifestation. C’est donc depuis la ville voisine de Montauban, à 15 kilomètres à l’ouest, que fut recruté un extraordinaire groupe de musiciens : Les Croques-Notes !

Cet orchestre de rue d’une quinzaine de musiciens, la plupart jouant des cuivres, s’est déplacé à travers le marché d’automne pour faire profiter à toutes et à tous de leur musique. Cette troupe, pourtant amateur, a permis d’instaurer une ambiance “bombastique”, explosive, à chaque coin du marché avec leur cuivres, captivant marchands et clients. Un seul problème, la musique manque quand elle s’arrête, remplacée par des airs plus neutres sortis des hauts parleurs.

Des clubs de villages du Tarn-et-Garonne se sont donné rendez-vous pour la deuxième fois pour danser au  marché d’automne, et pour la première fois, était présent le club de country de Nègrepelisse.

C’est avec l’aide de la mairie que le club Boots Country Nègrepelisse s’est rapidement développé, avec désormais 30 élèves, en seulement deux ans, et ce, malgré le covid.

Avec une cinquantaine de danseurs, la performance a été une réussite. A l’abri du soleil sous les platanes du château de Nègrepelisse, la foule est restée durant deux heures pour assister au spectacle. La synchronisation des chorégraphies par autant de danseurs à la fois était une performance impressionnante à regarder. Quand 50 danseurs tapent des pieds à l’unisson, la foule ne peut qu’être envoûtée par le rythme et la musique.

Pour l’animation, il faut aussi un animateur 

Informer les gens de ce qu’il se passe sur la manifestation, c’est aussi important. Comment savoir où et quand se déroule le concours de confiture et la danse country ? C’est pour cela qu’il y a un présentateur, Philippe Tomps.

Philippe Tomps, ancien journaliste radio Photo : Léo Pignol

Philippe Tomps, ancien journaliste radio Photo : Léo Pignol

Pour cet ancien journaliste, présenter l’événement s’est imposé comme une évidence. Il interviewe et présente les artisans, producteurs et membres d’associations pour valoriser leur travail. Mais il a également une grande passion pour ce genre de manifestation. « C’est en phase avec des problématiques modernes, surtout celle du circuit court », explique-t-il. « [L’événement] met en valeur les forces du terroir. Pour les producteurs et artisans, c’est fabuleux, et pour le public aussi !

Le marché se termine sur la remise de récompense du concours de confituriers de Tarn-et-Garonne, animé par deux chefs cuisiniers, Jean-noël Durandeau et Gérard Baud. Avec 51 confitures proposées par 31 participants et participantes, il n’y eut malheureusement que dix récompensés. Tous les participants et participantes ont néanmoins reçu un petit diplôme.

Ce fut l’occasion de découvrir des goûts de confiture étonnants. Celle à la tomate verte, qui a remporté la huitième place, et le mélange framboise, abricot, vanille, sixième place, ne sont pas forcément des parfums auxquels on pense en voyant ces petits pots de fruits et de sucres gélifiés.

C’est le parfum prune de Géraldine Chabert qui remporte le premier prix, sous les félicitations de toute la foule. Sa récompense ? Un confiturier et un voyage ! Une note sucrée, sur laquelle s’est terminé en beauté ce marché.

Léo Pignol



Catégories :Uncategorized

Tags:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :