EN IMAGES. L’association Soroptimist de Vichy met en avant des artistes 100% féminines avec le Salon Talents de Femmes

Le salon des talents de femmes s’est tenu sur deux jours aux Forum des Dômes, à Vichy. Un salon 100 % féminin, organisé par l’association Soroptimist internationale Vichy pour les femmes. Vingt-sept artistes ont été sélectionnées pour présenter leurs œuvres sur les deux jours. L’objectif de l’association est d’honorer le talent artistique des femmes. 

Les membres de l’association sont présentes pour accueillir les visiteurs et tenir le stand à gâteaux. Soroptimist de Vichy est une association composée uniquement de femmes. Elle a pour devise “les femmes au service des femmes”. Photo : Mathilde Guémené 

Les membres de l’association sont présentes pour accueillir les visiteurs et tenir le stand à gâteaux. Soroptimist de Vichy est une association composée uniquement de femmes. Elle a pour devise « les femmes au service des femmes ». Photo : Mathilde Guémené

Pour collecter de l’argent, l’association a mis en place un stand à gâteaux, samedi 8 et dimanche 9 octobre. Une tombola a également été organisée. A gagner : une fresque peinte en direct  par  Marion Daubannay, une peintre de la région. L’argent récolté sur le week-end sera reversé à des femmes créatrices d’entreprise. L’Effervescent vous fait découvrir quatre artistes.

1- Agnès Corre Flèche

Agnès Corre-Flèche est une des artistes qui expose ses œuvres ce week-end. Pour cette touche-à-tout, les valeurs du Salon Talents de femmes, organisé par l’association Soroptimist sont très importantes, “surtout quand on sait que tous les bénéfices de ce salon seront reversés à des entrepreneuses !”, complète-t-elle. Photo : Mathilde Guémené 

Agnès Corre-Flèche est une des artistes qui expose ses œuvres ce week-end. Pour cette touche-à-tout, les valeurs du Salon Talents de femmes, organisé par l’association Soroptimist sont très importantes, « surtout quand on sait que tous les bénéfices de ce salon seront reversés à des entrepreneuses ! », complète-t-elle. Photo : Mathilde Guémené

Agnès Corre-Flèche profite de ce salon pour exposer plusieurs de ces toiles ainsi que des mosaïques qu’elle réalise chez elle, mais aussi à l’atelier Mermet à Cusset où elle apprend à se perfectionner. Photo : Mathilde Guémené 

Agnès Corre-Flèche profite de ce salon pour exposer plusieurs de ces toiles ainsi que des mosaïques qu’elle réalise chez elle, mais aussi à l’atelier Mermet à Cusset où elle apprend à se perfectionner. Photo : Mathilde Guémené

Ce genre d’événement permet à cette artiste d’expliquer sa passion pour les arts, les procédés et les techniques de réalisation de ses œuvres. Photo :  Mathilde Guémené  

Ce genre d’événement permet à cette artiste d’expliquer sa passion pour les arts, les procédés et les techniques de réalisation de ses œuvres. Photo :  Mathilde Guémené

2 – Françoise POTON 

Françoise Poton est une jeune plumassière, c’est-à-dire qu’elle travaille la plume. Cette édition 2022 du Salon du Talents de Femmes est la première à laquelle elle participe : "C’est une connaissance qui m’a fait connaître l’association et on m’a invité", explique-t-elle. Photo : Jeanne Paumier

Françoise Poton est une jeune plumassière, c’est-à-dire qu’elle travaille la plume. Cette édition 2022 du Salon du Talents de Femmes est la première à laquelle elle participe : « C’est une connaissance qui m’a fait connaître l’association et on m’a invité », explique-t-elle. Photo : Jeanne Paumier

Voici plusieurs créations de Françoise Poton. Elle travaille la plume avec finesse et précision pour en faire des parures, des broches, des boucles d’oreilles ainsi que des bracelets, des chaussures et même des coques de téléphone. Photo : Mathilde Guémené 

Voici plusieurs créations de Françoise Poton. Elle travaille la plume avec finesse et précision pour en faire des parures, des broches, des boucles d’oreilles ainsi que des bracelets, des chaussures et même des coques de téléphone. Photo : Mathilde Guémené

La plume est devenue pour Françoise une véritable passion pendant le confinement, après avoir vu un reportage à la télévision. Elle s’est alors inscrite à une formation. Une fois son diplôme passé, elle s’est lancée : "Le plaisir, c’est de se l’imaginer puis de voir qu’on l’a fini", déclare-t-elle en parlant de ses œuvres. Photo : Jeanne Paumier

La plume est devenue pour Françoise une véritable passion pendant le confinement, après avoir vu un reportage à la télévision. Elle s’est alors inscrite à une formation. Une fois son diplôme passé, elle s’est lancée : « Le plaisir, c’est de se l’imaginer puis de voir qu’on l’a fini », déclare-t-elle en parlant de ses œuvres. Photo : Jeanne Paumier

3 – Martine CHOUVENET 

Les salons sont la principale activité de Martine Chouvenet. L’artiste avait déjà participé, il y a quelques années, au salon Talent de Femmes. Les valeurs de l’association (promouvoir la place des femmes, la solidarité) lui tiennent grandement à cœur. Photo : Jeanne Paumier 

Les salons sont la principale activité de Martine Chouvenet. L’artiste avait déjà participé, il y a quelques années, au salon Talent de Femmes. Les valeurs de l’association (promouvoir la place des femmes, la solidarité) lui tiennent grandement à cœur. Photo : Jeanne Paumier

Martine Chouvenet profite du peu de visiteurs en ce début d’après-midi pour coudre à la main un foulard en soie, une matière importante dans ses œuvres. Photo : Jeanne Paumier

Martine Chouvenet profite du peu de visiteurs en ce début d’après-midi pour coudre à la main un foulard en soie, une matière importante dans ses œuvres. Photo : Jeanne Paumier

Martine Chouvenet a réalisé une série de portraits. Sur un support en bourrette de soie (soie tissée avec un fil irrégulier), les traits du visage ont été cousus à la machine à coudre. Puis, l’artiste les habille de soie. Elle fait également des cyanotypes. C’est un procédé photographique similaire à l’argentique. La couleur bleue provient de la réaction chimique entre le fer et le soleil et donne alors des impressions naturelles. Photo : Jeanne Paumier

Martine Chouvenet a réalisé une série de portraits. Sur un support en bourrette de soie (soie tissée avec un fil irrégulier), les traits du visage ont été cousus à la machine à coudre. Puis, l’artiste les habille de soie. Elle fait également des cyanotypes. C’est un procédé photographique similaire à l’argentique. La couleur bleue provient de la réaction chimique entre le fer et le soleil et donne alors des impressions naturelles. Photo : Jeanne Paumier

4 – Virginie LEMONNIER

Virginie Lemonier debout derrière ses sculptures et modelages. L’artiste soutient à 100 % cette association. Ce salon lui permet de montrer son travail. "C’est agréable de rencontrer d’autres artistes, d’échanger."  Photo : Jeanne Paumier

Virginie Lemonier debout derrière ses sculptures et modelages. L’artiste soutient à 100 % cette association. Ce salon lui permet de montrer son travail. « C’est agréable de rencontrer d’autres artistes, d’échanger. »  Photo : Jeanne Paumier

Les œuvres de Virginie Lemonier sont du modelage en terre cuite. Selon ses envies et ses idées, elle laisse la sculpture brute ou la recouvre de patine. Elle ajoute parfois, à la patine, des pigments pour colorer les sculptures. Photo : Jeanne Paumier

Les œuvres de Virginie Lemonier sont du modelage en terre cuite. Selon ses envies et ses idées, elle laisse la sculpture brute ou la recouvre de patine. Elle ajoute parfois, à la patine, des pigments pour colorer les sculptures. Photo : Jeanne Paumier

L’artiste en pleine présentation de son travail à des visiteurs. Virginie Lemonier leur explique les étapes de la création de ses sculptures. Photo : Jeanne Paumier

L’artiste en pleine présentation de son travail à des visiteurs. Virginie Lemonier leur explique les étapes de la création de ses sculptures. Photo : Jeanne Paumier

Jeanne Paumier et Mathilde Guémené



Catégories :Vichy

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :