A Vichy, un marathon organisé par l’Unicef pour l’Ukraine

Le Marathon de l’Unicef pour l’Ukraine, lancé par les bénévoles de l’association à Vichy, a commencé jeudi 10 mars. La cagnotte va rester ouverte jusqu’au 31 pour récolter des dons pour les enfants en Ukraine. Cinq questions pour mieux comprendre le projet.

Départ des 24 heures de live. Photo : Amandine Rossato

Départ des 24 heures de live. Photo : Amandine Rossato

Le marathon de l’Unicef pour l’Ukraine a été lancé le jeudi 10 mars. Le but est de récolter des dons pour aider les enfants ukrainiens, grâce notamment à un marathon radiophonique et une course physique. L’Effeverscent répond à cinq questions pour mieux comprendre ce projet.

1/ Qui est derrière le projet ?

Le projet a vu jour grâce à deux étudiants en journalisme : Loïs Patton et Nicolas Poirel. “Nous avons décidé de courir pour une association, après réflexion, le nom de l’Unicef est ressorti et nous avons beaucoup aimé les membres de la délégation”, expliquent-ils. 

Martine Buck, présidente de l’Unicef Vichy Allier, a beaucoup aimé leur énergie : . « Ils sont fous, mais j’adore leur projet.” A l’aide de Charles Voissier, bénévole dans l’association, ils ont pu organiser la course l’an dernier et pérenniser le projet pour cette année. 

Le projet a été diffusé sur RDG Radio, radio amateure créée par Loïs et Robin Patton; Et les étudiants en journalisme de Vichy se sont mobilisés pour participer à la journée. Les journalistes de Kactu’s ou de La Causerie sont venus faire des chroniques pendant les 24 heures.   

2/ Quel est le déroulé du marathon ?

Le marathon se compose de deux grandes étapes : la première a été un live radio de 24 heures, fait du samedi au dimanche 13 mars, de midi à midi. Plus de trente personnes ont été présentes sur RDG Radio pour animer et participer à l’événement. De nombreux sujets tels que le cinéma, la NBA ou encore le spatial ont été abordés pendant le week-end. En 24 heures, grâce à la mobilisation de tous, plus de 1 000 euros ont déjà été récoltés dans la cagnotte pour l’Unicef.

La seconde étape va avoir lieu le jeudi 27 mars. Pour l’occasion, Loïs Patton et Nicolas Poirel, à l’origine du projet, vont courir 56 kilomètres. En terme de comparaison, un marathon habituel fait 42,195 kilomètres. Ils vont faire un aller-retour entre le pôle universitaire de Vichy et le parking à l’entrée de Saint-Pourçain-sur-Sioule. De nombreux autres élèves de l’université vont se joindre à eux sur le retour pour soutenir les coureurs et tous les enfants ukrainiens. 

3/ Quelle est l’origine du projet ?

“Le projet est parti d’un pari entre nous. Nous nous sommes dit ‘et si on courait de Clermont-Ferrand à Vichy’ et on s’est serré la main en vidéo”, explique Loïs. Défi annoncé, défi réalisé puisque les deux jeunes hommes ont couru l’an dernier les soixante kilomètres séparant les deux villes.

Cette année, le projet sera un peu différent. “Puisque nous courons pour l’Unicef Vichy-Allier, nous souhaitions rallier deux villes dans l’Allier”, détaille Nicolas. Cette année, un aller-retour sera donc fait dans le département. Les coureurs vont nous faire visiter le lieu dans lequel ils vivent en allant de Vichy à Saint-Pourçain-sur-Sioule.

4/ Pourquoi faire deux événements différents ?

“La course, c’est notre marque de fabrique, explique Loïs, nous ne pouvions pas ne pas la refaire alors, ça, c’était déjà un peu obligatoire.” Malgré tout, les étudiants ont quand même fait un live radio supplémentaire car, selon Nicolas, “c’est une chose que l’on veut faire depuis longtemps. Et on voulait le faire tous les deux, alors pourquoi pas ?” 

Ils expliquent également que, pour eux, la radio déjà existante ne pouvait être qu’un plus : “RDG Radio n’est pas forcément une radio très connue, mais elle a quand même un petit public. Et ce public peut amener des dons pour les enfants. Nous nous sommes un peu inspirés du Z event, où de nombreuses célébrités font des lives pour récolter de l’argent pour des associations.”

5/ A quoi va servir l’argent récolté ? 

La présidente de l’Unicef Vichy Allier, Martine Buck, détaille : “L’argent va servir en priorité à permettre l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement. Nous pouvons aussi donner de la nourriture. Il permettra également d’acheter des vaccins et de quoi soigner les personnes touchées par la guerre. Enfin, il va aussi servir à l’accès à l’éducation pour tous les enfants ukrainiens.” 

Ce pays n’est pas le seul à être aidé par l’Unicef actuellement. L’association est par exemple très présente au Yémen et en Afghanistan. Martine le rappelle : “Les dons sont très importants pour nous, toutes les aides que nous pouvons donner en dépendent. La cagnotte du marathon va rester ouverte jusqu’au 31 mars.” 

Amandine Rossato



Catégories :Vichy

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :