Crise du Covid-19 : cinq initiatives d’aide aux étudiants

Après des mois particulièrement difficiles pour les étudiants, que ce soit mentalement ou financièrement, l’Etat, mais aussi d’autres associations de particuliers ont décidé de mettre en place des aides pour ces jeunes.

Un étudiant utilise le FreeGo Partage du pôle Lardy (Photo : Ornella GACHE)

Un étudiant utilise le FreeGo Partage du pôle Lardy (Photo : Ornella GACHE)

Le président Emmanuel Macron a annoncé le 15 janvier, lors d’une rencontre avec des étudiants de l’université Paris-Saclay, deux mesures d’aides aux étudiants en détresse psychologique et en situation de précarité. Mais l’Etat et le gouvernement ne sont pas les seuls à vouloir faire un pas en avant vers ce public précaire. Grandes surfaces et associations locales ou nationales, tous s’unissent afin de faciliter la vie des jeunes de France.

1/ Les chèques psy et l’aide des psychologues sur les campus

Un étudiant sur trois présente des signes de détresse psychologique et sept sur dix se disent inquiets pour leur santé mentale. Ainsi, à partir du 1er février, le « Chèque psy étudiant” a été mis en place. Il permet à tous les étudiants, boursiers ou non, de bénéficier de trois consultations de 45 minutes gratuites avec un psychiatre ou psychologue. Pour y avoir accès, une première consultation avec un médecin affilié à l’université est nécessaire (la liste peut se trouver sur le site de chaque université). Celui-ci décide d’orienter son patient vers une aide psychologique ou un psychiatre sur une liste conventionnée par un service de santé universitaire. 

Cependant, certaines universités avaient déjà leur propre pôle santé, qui incluent des psychologues. “A la fac de Lyon 3, on a un service santé préventif sur le campus de la fac avec nos propres médecins et psys donc pas besoin d’aller voir un autre psy. On y a accès gratuitement avec la CVEC”, explique Diane Duclaux, étudiante.

2/ Les repas à un euro du Crous

Face à la précarité étudiante, le président avait également annoncé que le Crous, organisme qui gère les bourses sur critères sociaux, allait mettre en place deux repas par jour à un euro pour tous les étudiants qui le souhaitaient. Pour y avoir accès, les étudiants déjeunent dans les Restaurants Universitaires et payent deux euros, soit le prix de deux repas. 

Pendant qu’ils déjeunent, leur sac isotherme est rempli avec un repas complet pour le soir incluant l’entrée, le plat et son accompagnement, un laitage, un dessert et du pain. L’étudiant n’a plus qu’à faire réchauffer son dîner une fois chez lui. Une initiative pratique et économique. “C’est pas cher du tout”, constate Diane, étudiante à Lyon 3.

“Tu peux faire le tour du monde, tu trouveras pas moins cher” – Diane, étudiante à Lyon 3

« Et c’est plutôt pas mal, c’est assez équilibré, à la fac de Lyon 3 en tout cas. Et ça fait un repas donc franchement c’est cool” souligne Diane. Sur Twitter, les étudiants sont mitigés : certains diffusent des photos de repas complets et d’autres des plats peu nourrissants. Cela semble donc dépendre du Restaurant Universitaire.

3/ Les réductions étudiantes dans les grandes enseignes

Alors que la précarité financière des étudiants semble désormais mieux prise en considération dans le débat public, c’est au tour des grands magasins de proposer des réductions à destination des jeunes. Casino, Auchan, Intermarché, Leclerc… Les uns après les autres, les supermarchés ont eu l’idée de proposer aux étudiants des réductions, parfois sous la forme de dons, de paniers repas à prix cassés, ou de bons de réduction.

Le premier à s’être lancé, c’est Intermarché qui dès le 1er février a proposé, le temps d’une semaine, 10 euros offerts en bon d’achat pour 20 euros dépensés. L’offre pourrait bientôt apparaître de nouveau de manière ponctuelle. Cette offre a grandement influencé Auchan, qui, depuis le mardi 23 février et jusqu’au 2 mars 2021 propose la même offre à ses clients étudiants.

Source : Auchan.fr

Source : Auchan.fr

Casino a également rejoint la course depuis le 10 février dernier, en proposant 10% de réduction aux étudiants sur tous les produits de la marque Casino, sous présentation de la carte étudiante et de l’application Casino Max. Il s’agit de la première offre sur le long terme puisque ce dispositif prendra fin le 30 juin 2021. 

Très prochainement, avant la fin février, Leclerc devrait faire également une offre à tous les étudiants. Au programme, des paniers repas qui devraient coûter moins de deux euros aux principaux concernés. Une offre qui vise à être la meilleure du marché. 

4/ Les produits de qualité dans les épiceries solidaires

Dans une situation de plus en plus critique, les jeunes se tournent davantage vers les distributions alimentaires qui prennent une plus grande place sur le territoire national, et qui sont chaque jour de plus en plus nombreuses dans les grandes villes étudiantes. Pour les étudiants des petites villes, d’autres alternatives aux distributions, aux grandes surfaces et aux aides de l’Etat existent, mais elles sont moins connues des jeunes. 

Le principe d’épicerie solidaire mis en place il y a maintenant quelques années prend aujourd’hui tout son sens. Situées dans la majorité des moyennes et grandes  villes, ces épiceries permettent bien souvent d’avoir accès à des produits de qualité à bas prix. L’épicerie solidaire LieU’topie de Clermont-Ferrand, réservée exclusivement aux étudiants, “rend accessible des produits bio, locaux, équitables à prix coûtant. Ce sont des denrées alimentaires, d’hygiène et d’entretien, toutes non périssables”, souligne Mathieu Adenot, co-président de LieU’topie depuis octobre 2018.

A la suite des différents confinements, l’épicerie s’est tournée vers la distribution des produits invendus. “Les jeunes viennent désormais plus pour les fruits et les légumes qui arrivent à la date limite de consommation. En plus, c’est que du local. Pour nous, c’est le critère primordial, insiste le co-gérant. Les produits d’hygiène aussi ont le vent en poupe, surtout les protections hygiéniques bio réutilisables.” L’épicerie solidaire LieU’topie est ouverte du lundi au jeudi, en fin d’après-midi.

5/ L’accessibilité des Points Information Jeunesse 

Autre bon plan pour tous les jeunes et étudiants, les Points Information Jeunesse sont accessibles dans la majorité des villes françaises. Considérés comme des associations subventionnées par la collectivité, les PIJ permettent “de simplifier la vie de nos jeunes, à tous les niveaux”, selon Chantal, informatrice jeunesse sur le site de Vichy depuis sa création en 1996.

Au PIJ de Vichy, les jeunes viennent principalement pour le free go partage. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un réfrigérateur commun pour les étudiants, également accessible au Pôle Lardy, où les jeunes peuvent venir se servir de manière totalement anonyme, ponctuellement ou sur le long terme en créant un dossier. Fromage, charcuterie, produits laitiers ainsi que denrées non périssables sont accessibles et un partenariat a été créé avec l’épicerie solidaire de Vichy. « Nous organisons régulièrement des repas à thème, annonce Chantal. Prochainement on fête la Grèce ! Un repas à deux euros à commander avant le 19 mars, avec moussaka et namoura au menu !”.

Free Go partage au PIJ de Vichy. Photo : Jade Sauvée

Free Go partage au PIJ de Vichy. Photo : Jade Sauvée

Mais le PIJ, ce n’est pas seulement un accès gratuit et facile à de la nourriture. “Depuis peu, on a installé un distributeur gratuit de serviettes hygiéniques qui nous a été offert par le club Agora de Vichy. C’est une réelle avancée pour les étudiantes et les jeunes femmes en précarité”.

Une multitude de services sont offerts par l’équipe du PIJ de Vichy, du simple prêt d’appareil à raclette, barbecue électrique, crêpière, au prêt d’outils pour les petits travaux de tous les jours, en passant par le dépannage de vélo. “Nous allons également mettre en place dès début mars un système de relais des offres d’emplois et de stages sur le secteur de l’Allier, et une journée job aura lieu du 29 mars au 9 avril pour les étudiants”. Le PIJ occupe donc un rôle majeur de relai et d’appui pour tous les étudiants dans le besoin, afin de débloquer plus rapidement certaines situations. “Ce sont des aides ponctuelles qui peuvent être importantes voire indispensables pour les étudiants. On est preneur de toutes les bonnes initiatives pour aider les étudiants”, conclut Chantal.

Ornella Gache et Jade Sauvée 



Catégories :Auvergne, L'Evenement

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :