Annulation des marchés de Noël : les artisans s’organisent pour faire face 

Les mesures mises en place pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 ont entraîné l’annulation de nombreux événements, y compris la plupart des marchés de Noël. Un coup dur pour l’économie française et pour les artisans dont le revenu dépend essentiellement des fêtes de fin d’année et de ces manifestations. 

L'année 2020 annonce un Noël bien particulier, aux conséquences économiques désastreuses pour les exposants des marchés de Noël. Photo : Charline Ragoua 

L’année 2020 annonce un Noël bien particulier, aux conséquences économiques désastreuses pour les exposants des marchés de Noël. Photo : Charline Ragoua

Le mois de décembre 2020 semble bien triste. Alors qu’habituellement, cette période de l’année voit fleurir des marchés de Noël partout en France, ce n’est pas le cas actuellement. Mais pour certains Français, commerçants ou non, il était impossible d’attendre les bras croisés. Des marchés similaires ont donc vu le jour sur internet et sur les réseaux sociaux. Une initiative qui aide non seulement les exposants de ces événements mais qui permet également aux habitants de l’Hexagone de faire leurs achats. 

Un moyen de faire face à la crise ensemble

“Avec le Covid, tout le monde ne peut pas forcément faire de marché de Noël. L’objectif de celui que nous avons créé en ligne est de s’entraider car avec la crise qu’il y a en ce moment, c’est compliqué pour tout le monde”, témoigne Cindy Douin, à l’origine du groupe “marché de Noël” sur Facebook. Mettre en place ces commerces en ligne était donc une évidence pour certains. 

D’autant plus que les réseaux sociaux facilitent grandement leur création. “Certaines personnes intégrées au groupe faisaient déjà partie de mon réseau”, déclare Céline Vangeon qui, avec d’autres personnes, est à l’origine du groupe Facebook “Marché de Noël des artisans et indépendants”. “J’ai réfléchi à tous les besoins qu’on peut avoir à Noël, afin de créer un marché où l’on peut trouver tout ce dont on a besoin pour les fêtes. Pour ça, j’ai cherché des artisans du département de l’Essonne », ajoute-t-elle. Une démarche également effectuée par Adeline Dupéchot, traiteur et créatrice du groupe Facebook “E-marché de Noël Auvergnat 100% local”. “J’ai un petit réseau grâce à mon statut d’entrepreneur. J’ai aussi contacté des radios et des journaux pour donner de la visibilité. Car plus nous sommes nombreux à partager l’information, plus il y a de visibilité et plus il y a de ventes”, déclare-t-elle. 

Des marchés qui remportent un certain succès

Un objectif plutôt bien rempli pour le moment, puisque ces groupes et sites attirent de plus en plus de visiteurs. “En ce samedi 5 décembre, nous sommes déjà à 18 596 membres dans le groupe dont 353 artisans”, annonce Adeline Dupéchot. Pour d’autres marchés, implantés depuis plus longtemps sur internet, le nombre de visites explose cette année. “On a dépassé le million de visiteurs il y a quelques semaines”, précise Vincent Naigeon, fondateur de Masterbox. 

Il y a deux ans, ce dernier lançait, avec son équipe, la Masterbox. D’abord destinée à la vente de coffrets cadeaux uniquement composés de produits  fabriqués par des artisans Français, l’entreprise a vite étendu ses possibilités en 2020. “On s’est demandé comment on pouvait aider les artisans à survivre à la crise. C’est à ce moment-là qu’on a eu l’idée des marchés de Noël, pour permettre aux artisans de vendre leurs produits largement et apporter de l’authenticité. Car, depuis quelques années, les marchés de Noël sont dénaturés avec des produits qui viennent de l’autre bout du monde”, poursuit le fondateur de Masterbox. Le site, en plus d’accueillir de nombreux visiteurs chaque jour, a déjà vendu beaucoup d’articles. “Certains artisans sont en rupture de stock, c’est de la folie”, ajoute Vincent Naigeon.

“Les exposants sont très contents”

Et ces marchés de Noël en ligne plaisent aux artisans rassurés de pouvoir vendre leurs marchandises, mais également aux clients qui peuvent s’offrir quelques cadeaux originaux. “Les exposants sont très contents”, assure Cindy Douin. “J’ai une cliente ravie de pouvoir s’offrir des produits bien-être et santé”, ajoute la créatrice de bijoux. Et tous les sites et groupes Facebook semblent avoir les mêmes messages d’encouragement. “Il y a des gens qui sont heureux, on le voit dans les commentaires et dans les messages privés”, indique Adeline Dupéchot. Car les clients sont habitués aux marchés de Noël qui semblent leur manquer en cette année 2020. Ceux en ligne permettent d’apporter un peu de bonheur en cette période difficile où les sorties doivent presque toutes être annulées. 

Ces nouveaux commerces semblent également avoir créé un véritable esprit d’équipe entre les différents artisans. “Nous sommes très satisfaits du résultat parce que nous nous sommes montrés solidaires. On a fait de très belles rencontres donc sur le côté humain, c’est très positif”, déclare Céline Vangeon. Cependant, cela ne pourra pas tout rattraper. 

“Ca permet de limiter les pertes”

Même si les marchés de Noël en ligne rencontrent un beau succès, ils ne permettront pas aux artisans de compenser les pertes. Pour le moment, le chiffre d’affaires des différents exposants sur ces marchés en ligne n’est pas encore connu, car il reste encore quelques semaines avant leur fermeture. Mais il sera difficile pour eux de faire le même chiffre que sur les marchés physiques. Car, même si les réseaux sociaux sont populaires, tout le monde ne connaît pas l’existence de ces groupes. « Ça ne comblera pas les annulations des marchés de Noël, qui représentent 50 à 60% de mon activité mais ça permet de limiter les pertes”, déclare Céline Vangeon. 

En décembre, les marchés de Noël accueillent toujours beaucoup de visiteurs, en France comme à l’étranger. Mais avec la crise sanitaire, la plupart ont été annulés. Photo : Chriswanders

En décembre, les marchés de Noël accueillent toujours beaucoup de visiteurs, en France comme à l’étranger. Mais avec la crise sanitaire, la plupart ont été annulés. Photo : Chriswanders

Pour Adeline Dupéchot, il est impossible de trancher sur cette question pour le moment. “Je ne sais pas si ça va permettre aux artisans de compenser l’annulation des marchés. Mais plusieurs d’entre eux m’ont remercié de leur avoir sauvé leur Noël et il y en a qui ont beaucoup de commandes”, affirme-t-elle. Pour Cindy Douin, la réponse est la même. “Pour l’instant on ne peut pas vraiment savoir. En attendant, j’ai encore beaucoup de personnes qui demandent à nous rejoindre sur le marché de Noël”, assure la jeune créatrice de bijoux. 

Des exposants démoralisés  

Mais tous les vendeurs n’ont pas la même chance. “Moi qui suis traiteur, j’ai quelques commandes. Mais ce sont surtout ceux qui font de l’artisanat qui vendent le plus pour le moment” explique Adeline Dupéchot. Pour d’autres habitués de ces événements, les conséquences sont pires. Nicole Dardichon, qui aurait dû effectuer sa cinquantième année à Saint-Etienne avec son mari, se retrouve en difficulté aujourd’hui.

“On avait un bon petit marché de Noël et là, on se retrouve sans rien”. – Nicole Dardichon, commerçante

Vendeuse de santons, cartes de vœux et chocolats, les pertes auraient pu être plus grandes pour elle et son mari. “J’avais commandé les cartes de vœux et santons mais ça, ça ne se périme pas, je pourrais les vendre l’année prochaine. J’aurais eu de grosses pertes en revanche si j’avais passé commande pour les chocolats car ce sont des denrées périssables », explique-t-elle. Malgré la création de la page Facebook “Le Palais des Gourmandises”, les commandes se font rares. “La page rattrape à peine un dixième de notre chiffre d’affaires. Les clients ne nous connaissent pas forcément, ils ne peuvent pas goûter aux produits, c’est difficile pour eux de commander. On a de petits clients qui achètent mais par paquets de 100 grammes”, déclare-t-elle. 

Même constat pour Christophe Carletto. L’année 2020 aurait dû être sa dix-huitième année consécutive à Lyon. Pour faire face au mieux, lui aussi a décidé de mettre en place un site internet. “C’est le seul moyen d’avoir un revenu”, explique le créateur du site “Pain d’épice Nicolas”. “Mais les gens n’ont pas l’habitude. Je suis un peu vieux jeu, je vends essentiellement sur des foires, marchés et salons. Je vois ma clientèle. Là, les clients ne se doutent pas que j’ai un site internet, ils n’ont pas l’habitude de me trouver via un commerce électronique”, explique le fabricant de pain d’épices. 

D’autres artisans, quant à eux, restent traditionnels. “Je n’ai pas créé de site car ça ne valait pas le coup”, explique Antoine Couder qui, en plus d’être exposant pour les marchés de Noël, est également moniteur de ski et électricien le reste de l’année. Un sentiment d’injustice s’est cependant insinué chez le vendeur de jeux en bois. “Sur le coup, je me suis dit mince. On peut aller dans n’importe quel magasin fermé mais les marchés de Noël eux, sont annulés” déplore-t-il. “Je pense que pour certains, l’année 2021 sera difficile car certains marchands ne vivent que des marchés de Noël. Moi, ce qui sera difficile, c’est de gérer le manque à gagner qui m’obligera à me serrer la ceinture l’année prochaine”, ajoute le commerçant.  

Une ambiance différente

Ces événements dématérialisés permettent d’aider les artisans et de satisfaire les clients, cependant, ils ne permettent pas de recréer l’ambiance que l’on trouve traditionnellement. “C’est agréable de faire les marchés de Noël, les gens sont joyeux, ils adorent s’y rendre. Ils viennent parfois juste pour se promener, sans acheter, mais cela fait partie du marché”, témoigne Nicole Dardichon. 

En décembre, les marchés arrivent à créer la magie de Noël partout dans le monde. Photo : Chriswanders

En décembre, les marchés arrivent à créer la magie de Noël partout dans le monde. Photo : Chriswanders

“Moralement ça a été dur d’apprendre l’annulation du marché de Noël de Lyon. Je n’y croyais pas car j’étais très optimiste sur les manifestations de fin d’année. Son annulation m’a posé problème économiquement parlant mais aussi d’un point de vue sentimental et psychologique. Ça fait 18 ans que je fais ce marché. 40% de mes clients sont des habitués. Avec le temps ce sont devenus des relations, et ça aussi, ça a été un coup dur pour le moral”, ajoute Christophe Carletto.

Mais même si cette année il est impossible de déguster des marrons grillés et du vin chaud dans les allées, il est toujours possible de soutenir les exposants grâce aux sites internet et groupes en ligne. D’autant plus que ces marchés devraient avoir un bel avenir devant eux. “J’aimerais bien que ça perdure après et que tous les artisans se rencontrent. Il y a moyen de donner suite à tout ça”, annonce Adeline Dupéchot. 

Charline Ragoua



Catégories :L'Evenement, Plus Loin

Tags:, , , ,

1 réponse

  1. Article très intéressant.
    Étant vendeuse à domicile indépendante, j’ai dû également me diversifier cette année en faisant plus de ventes grâce aux réseaux sociaux et je participe également à un marché de Noël virtuel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :