Foot : drôle d’ambiance en équipe de France féminine

Dimanche, la capitaine des bleues Amandine Henry se livrait pour le Canal Football Club au micro de Raphaël Domenach. Lorsque lui est posée la question du motif de sa prise de parole, la jeune femme se veut claire : « Il faut faire bouger les choses, faire taper le poing sur la table, il y a énormément de problèmes. »

Crédit photo: Le Progrès 

Crédit photo: Le Progrès

Tout cela part de la non-sélection d’Amandine Henry en octobre dernier pour les deux matchs opposant l’équipe de France à la Macédoine et à l’Autriche. Aux yeux de tous, et de ses coéquipières en première ligne, le choix de Corinne Diacre est incompréhensible. Amandine Henry est à l’heure actuelle une des meilleures joueuses du monde, titulaire à l’Olympique Lyonnais, considéré comme un des meilleurs clubs européen et ses prestations en sélection ont toujours été irréprochables. En conférence de presse, la question des raisons de ce choix a bien évidemment été posée à la sélectionneuse. Cette dernière évoque un choix sportif : le temps que la joueuse de l’OL « revienne à son meilleur niveau ». De quoi laisser tout le monde sans voix.  

« Ça ne peut plus durer » 

Selon Amandine Henry, l’origine réelle de cette non-sélection est le déplacement à Lyon, le 13 octobre dernier, du président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët, intervenu pour remettre aux joueuses lyonnaises une médaille à la suite de leur nouvelle victoire en Ligue des Champions. Pour les joueuses, c’est le moment opportun d’exprimer le malaise qu’elles ressentent vis-à-vis de la sélectionneuse Corinne Diacre. « Ça ne peut plus durer », lui ont-elles dit. Le président aurait répondu : « Je ne peux rien faire pour vous. » Le soir même, à deux jours de l’annonce de la liste, Corinne Diacre était tenue informée de cette conversation. Officieusement, la non-sélection de la capitaine peut donc être perçue comme une sanction envers celle qui était ce jour-là la porte-parole du groupe.

Dimanche, loin de vouloir mettre de l’huile sur le feu, Amandine Henry a simplement dénoncé sur Canal + les méthodes de sa sélectionneuse, expliquant par exemple la manière dont Corinne Diacre lui a annoncé sa non-sélection. « L’appel a duré 14-15 secondes. Je m’en rappellerai toute ma vie. Ce coup de fil là m’a choquée. Elle m’a dit : ‘Amandine, tu sais que la liste sort demain et tu n’y seras pas par rapport à tes performances actuelles’. Deux secondes passent, je reste sans voix, je ne m’attends pas à ça. Puis je dis : ‘OK, alors bon match‘. Elle répond : ‘Au revoir’. C’est tout. Si c’est un choix sportif, tu essayes de remobiliser ta joueuse en lui disant : ‘Ça va aller, tu vas revenir à ton meilleur niveau.’ Cette discussion restera gravée dans mon cœur. Ça m’a fait mal, j’ai été vraiment touchée alors que je me sentais sportivement super bien ».

« C’est maintenant qu’il faut régler les problèmes, pas dans trois ans. »

La lyonnaise poursuit : « Il faut que cela cesse parce que le climat n’est pas sain et que cette génération ne peut pas se permettre de ne pas gagner de titres […] On aurait dû vivre la Coupe du Monde 2019 en France comme un épanouissement. Ça n’a pas été le cas. Sportivement, tu t’arrêtes en quarts. Dans ton pays, tu dois faire mieux que ça. Humainement, je voyais des filles pleurer dans leur chambre. Même moi, il m’est arrivé de pleurer dans ma chambre parce que j’avais envie de vivre cette Coupe du Monde. »

« Finalement, ça a été un chaos total. »Amandine Henry

« Maintenant, il faut se projeter. Prochainement arrivent un Euro, un Mondial et des JO en France. Il ne faut pas laisser passer ça, c’est maintenant qu’il faut régler les problèmes, ce n’est pas dans trois ans ».

« Surtout, n’attendez pas qu’elle change car cela n’arrivera jamais »

Mais alors, d’où viennent ces tensions entre la sélectionneuse et les joueuses ? Désormais à la retraite, Thomas Guerbert a évolué sous la houlette de Corinne Diacre à Clermont lors de la saison 2016-2017. A la suite de la polémique, il se lâche sur Twitter.  « Cela s’est passé de la même façon à Clermont. Surtout, n’attendez pas qu’elle change car cela n’arrivera jamais. » 

« Le problème, c’est le management, l’atmosphère, poursuit Amandine Henry. « La confiance, c’est la base, encore plus dans le sport. Si demain on te dit : “OK, tente mais si tu loupes, attention…” Ce n’est pas facile. Est-ce que je prends mes responsabilités ? Est-ce que je reste en retrait ? Et ça, ça se traduit sur le terrain. Tu te dis aussi qu’à tout moment, tu peux devoir partir, alors tu te tais… Ce n’est pas beau à dire mais quand la sélection approche et que tu vois ton nom sur la liste, tu es partagée entre joie et crainte. »

Cette sortie aura au moins eu le mérite d’alerter pour de bon le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët. Lundi dans L’Équipe, ce dernier affirmait qu’il « allait regarder ça de plus près » car « être en conflit avec les meilleures joueuses de France, ce n’est pas viable. » Finalement, revirement Amandine Henry a été rappelée par Corinne Diacre. « Je peux vous assurer que l’ambiance en équipe de France est très bonne », a assuré la sélectionneuse en conférence de presse pour tenter de clore le chapitre. Les deux rencontres face à l’Autriche et au Kazakhstan, le 27 novembre et le 1er décembre, permettront de voir si cet épisode a laissé des traces en équipe de France.

Adrien Cornu et Tual Fichaut 



Catégories :Uncategorized

Tags:,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :