Vichy : la semaine du goût s’invite au Grand marché

Du 10 au 18 octobre, la 31e édition de la Semaine du goût se couplait à l’initiative du Forum du Projet Alimentaire Territorial. Malgré la situation sanitaire actuelle, les passants ont pu déambuler dans les halles du Grand Marché à Vichy. Les agriculteurs et producteurs locaux ont répondu présent à cet événement intitulé “Manger mieux, un enjeu global”. 

Les représentants de l’association des Croqueurs de pommes de l’Allier présentent les techniques de reproduction pour la sauvegarde du patrimoine fruitier ancien et local le 11 octobre 2020. Photo : Sara Jardinier

Les représentants de l’association des Croqueurs de pommes de l’Allier présentent les techniques de reproduction pour la sauvegarde du patrimoine fruitier ancien et local le 11 octobre 2020. Photo : Sara Jardinier

“Il faut créer un lien avec le grand public pour qu’ils sachent ce qu’ils ont dans leur assiette”, s’exclame Léa Branjonneau, animatrice foncière territoriale pour le Projet Alimentaire Territorial. Du 10 au 18 octobre, ici, au Grand Marché, des centaines de personnes sont venues assister à l’événement organisé par Vichy Communauté pour la troisième année consécutive. L’objectif ? Participer aux ateliers pour enfants, conférences et se renseigner sur l’agriculture locale à l’occasion de la Semaine du Goût. 

“De la fourche à l’assiette”

Dès l’entrée, les Vichyssois peuvent profiter des stands colorés à l’effigie de l’automne et des intervenants spécialisés qui partagent leur savoir. Les tables sont remplies de fruits de toutes les couleurs, pommes, poires, il y en a de toutes les sortes du côté des Croqueurs de pommes de l’Allier. “C’est très important pour nous d’être ici ! L’importance des fruits anciens dans notre patrimoine fait que l’on s’intègre parfaitement à cette semaine”, affirme Jean-Paul Dubost, le président des pommes de l’Allier. 

De l’autre côté de l’allée, Nicolas Perret, agriculteur bovin à Brugheas, et sa femme Sophie, présentent des races de vaches en mettant l’accent sur le respect et la protection animale : “Aimez la viande, mangez en mieux.”. Ici, le slogan de la journée « De la fourche à l’assiette » prend tout son sens. Sollicité par Vichy Communauté cette année, Nicolas Perret explique avec passion, aux curieux, que pour manger mieux les consommateurs doivent réfléchir à ce qu’ils achètent et comment leur nourriture est produite. “J’ai 60 vaches, à lait et à viande, je les connais toutes et c’est ça pour moi qui fait la différence”, dit-il fièrement. “Pour moi, manger mieux c’est aussi se nourrir de produits locaux, c’est pourquoi je suis là aujourd’hui, je veux présenter mes produits qui sont de la région.”

Une consommation responsable, ça s’apprend

Chaque jour une nouvelle thématique est mise à l’honneur, de 9 heures à 13 heures. Des bogues de châtaignes et des potirons rappellent que nous nous approchons d’halloween, tout en restant dans le thème avec des tables soutenues par des bottes de foin. Saveurs et goûts se mélangent, alors que les enfants interagissent pour essayer de comprendre comment mieux manger. Grâce à Interfel, les enfants de la crèche de Saint-Germain des Fossés ont pu participer à des jeux autour des fruits et légumes pour les éduquer dès le plus jeune âge à manger sainement et mieux. 

D’autres enfants ont choisi de se diriger vers l’animation du lycée Claude Mercier tenu par trois jeunes filles en seconde TCVA (technicien conseil en vente alimentaire). Au-dessus du stand, une banderole “Les amis des arbres et de la nature” qui résume bien leur démarche. Encadrées par leur professeure, Océane, Amina et Maëlys proposent des jeux ludiques et créatifs pour les enfants curieux du savoir-faire local, ainsi qu’une exposition sur les techniques agricoles. De l’agroforesterie à la permaculture, via des dessins très colorés, ces lycéennes expliquent fièrement aux passants les intérêts de ces pratiques. 

Une semaine avec des précautions sanitaires

Malgré la situation sanitaire alarmante du pays, l’agglomération de Vichy a tenu à garder cette tradition annuelle en vie. Tout le protocole sanitaire y est : gel hydroalcoolique à l’entrée, masque obligatoire et chaque personne doit se désinfecter les mains avant de pouvoir déguster les petits morceaux de pain au blé ancien de la Danse Lumineuse. À côté, une exposition photos de leur production, qui immerge les visiteurs dans l’environnement agricole et les fait voyager dans les territoires de la région, tout en restant prudents.

Sara Jardinier et Mathilde Calloc’h



Catégories :Vichy

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :