Coronavirus : huit « fake news » qui circulent sur l’épidémie

A une crise sanitaire, s’ajoute une crise de l’information. Les réseaux sociaux qui pullulent déjà de contre-informations ou infox, de manière générale, sont aujourd’hui inondés par des théories farfelues et autres idées à caractère complotiste. Pour y voir plus clair, L’Effervescent répond à vos questions.

1/ Le virus s’est-il échappé d’un laboratoire ?

Non. Les Français sont 26% à croire, selon une étude de l’Ifop, la théorie selon laquelle le Covid-19 serait une création humaine, sortie volontairement ou non d’un laboratoire. Les experts, aujourd’hui en proie au doute pour de nombreux aspects du virus, ont pourtant une certitude, preuves à la clé, que le virus n’est pas une création humaine.

Des virus sont créés en laboratoire…

Comme l’a rappelé Marine Le Pen dans une interview donnée à France Info, la myxomatose est effectivement une création humaine. À l’origine, le virus tueur de lapin a été introduit en France par le docteur Armand-Delille, qui souhaitait éliminer les lapins qui nuisaient fortement aux cultures. Le virus, qui ne devait pas s’évader des murs d’une propriété de Maillebois, en Eure-et-Loir, s’est finalement propagé dans toute la France, tuant en trois ans 90% des lapins français.

La myxomatose n’est pas l’unique virus créé en laboratoire. Si, contrairement à une autre théorie complotiste, le VIH n’a pas été créé en laboratoire, il a bien été modifié pour être inoculé à des macaques. L’expérience, réalisée en 1995 par Klaus Uberla, visait à transmettre le virus aux primates, afin qu’ils puissent expérimenter des traitements potentiels.

Et si le Covid-19 n’était pas le seul virus venant d’une chauve-souris ? Des scientifiques chinois avaient effectivement rendu transmissible à l’homme un virus de chauve-souris, le SHC014, en utilisant l’enveloppe du SRAS. Ils avaient ainsi créé une « chimère », un virus hybride. Cependant, l’existence d’autres virus créés en laboratoire ou l’étude de ceux-ci ne constituent en aucun cas une preuve que le Covid-19 est lui aussi une invention humaine.

… mais pas le Covid-19.

Si beaucoup de Français n’y croient pas, les experts sont formels : Le SARS-CoV-2, Covid-19 ou coronavirus est sauvage. Les scientifiques du monde entier sont pour l’heure incapables de créer un parcours précis et unanime qui a mené à la transmission de virus. La théorie privilégiée est qu’il a pour origine le pangolin ou la chauve-souris, puisque le SARS-CoV-2 est identique à plus de 90 % au virus RaTG13 de la chauve-souris et au Pangolin-CoV du pangolin.

Cependant, de nombreuses études prouvent déjà que le virus n’est pas une conception humaine, comme le montrent ces publications d’instituts britannico-australo-américain et chinois. Interrogé par Le Monde, Guy Gorochov, immunologue, explique pourquoi il n’y a pas de place pour le doute. « C’est à la portée de n’importe quel biologiste moléculaire derrière son écran, selon le chercheur. Des milliers d’entre eux dans le monde ont vu sa séquence. C’est un travail d’étudiant de comparer les séquences ADN, et on sait que l’analogie est très forte avec des virus sauvages, pas avec des chimères. »  

Le professeur Olivier Schwarts, invité par France Culture partage cette analyse, il affirme lui aussi que nous pouvons identifier des virus créés par l’Homme. « L’analyse de son patrimoine génétique permettrait de comprendre les manipulations s’il y en avait. On pourrait voir un alignement de séquences ou des mots étranges qui ne viennent pas d’un processus naturel.» Notre réponse est donc la même que celles des experts : le virus n’est pas une création de l’Homme.

2/ L’institut Pasteur avait déjà breveté le coronavirus ?

L’institut Pasteur a bien déposé en 2004 un brevet sous le nom « Nouvelle souche de coronavirus associé au SRAS et ses applications ». Mais comme l’a expliqué le laboratoire dans un communiqué, il existe plusieurs coronavirus, et leur mission était d’étudier le SARS-Cov1.

3/ Ma mère pense que le virus est un moyen utilisé par les gouvernements pour diminuer la population mondiale, est-ce possible ?

Non. Cette hypothèse semble très peu crédible au regard de plusieurs points. D’abord, comme nous l’expliquions plus haut, le virus n’est pas une création humaine. Ensuite, il semblerait douteux qu’un tel virus “pour diminuer la population” atteigne également des personnes comme le Premier ministre Britannique Boris Johnson ou bien des hauts dignitaire Iranien. 

4/ J’ai vu sur Whatsapp qu’il fallait désinfecter nos légumes à l’eau de javel, est-ce vrai ? 

Non, inutile de désinfecter ses légumes ! N’utilisez pas de désinfectant ou de détergent, au risque de provoquer une intoxication si le produit est mal rincé. Lavez vos fruits et légumes à l’eau claire. Vous pouvez les essuyer avec un essuie-tout à usage unique pour aider à éliminer d’éventuelles traces du virus, surtout si les légumes sont destinés à être consommés crus. 

5/ J’ai vu aussi qu’on devait désinfecter les pattes de nos animaux ? 

Non. Les vétérinaires s’accordent pour dire qu’il n’est pas nécessaire de laver son animal de compagnie après une sortie, et en aucun cas vous ne devez utiliser de javel ou de gel hydroalcoolique. Si vous tenez vraiment à nettoyer votre animal, faites le avec de l’eau et du savon doux. 

6/ Une série télé aurait prédit le Covid-19 ?

Coïncidence. Plusieurs extraits de séries qui auraient prédit la pandémie circulent sur Internet. C’est par exemple le cas d’une séquence des Simpsons, qui aurait annoncé l’arrivée du coronavirus il y a près de 30 ans, dans un épisode de la saison 4. Il s’agit en réalité d’un montage : les premières images sont bien celles de la série, mais la mention “coronavirus” notée sur l’écran du présentateur a été ajoutée sur le montage qui a circulé. En réalité, l’épisode qui a été utilisé pour le montage parle d’un autre virus imaginé par les scénaristes à l’époque.

Des images d’une série sud-coréenne ont également circulé sur les réseaux. Une séance en particulier semble coller parfaitement à la situation de crise que nous connaissons : une médecin parle du coronavirus qui attaque le système respiratoire. En réalité, ce “coronavirus” cité dans l’extrait désigne la famille du virus, découverte dès les années 60 et déjà connue pour avoir provoqué plusieurs épidémies dans le monde (comme le SRAS en 2003, ou le MERS en 2012). Les scénaristes n’avaient pas “prévu” le Covid-19 : ils se sont simplement inspiré du passé et des épidémies ayant déjà existé.

7/ Le décompte des morts et des malades est-il faussé ? 

C’est compliquéLe décompte officiel est basé sur les décès et contaminations constatées par le gouvernement, à travers les données fournies par les Ehpad et les services de santé. Pourtant, des personnes décèdent à domicile, et ne sont pour l’instant pas prises en compte dans le décompte officiel. Jérôme Salomon, l’homme chargé d’annoncer le décompte, explique l’ambiguïté du décompte : « Il y a plusieurs sources pour la mortalité : la mortalité à l’hôpital, la mortalité dans les Ehpad [établissement d’hébergement pour personnes agées dépendantes] et la mortalité en ville. On sait que les décès survenus à l’hôpital représentent probablement une faible part de la mortalité. » Il faudra donc un plus grand recul pour obtenir des données plus précises, comme l’a montré la canicule de 2003. 

8/ Des étudiantes infirmières sont-elles réquisitionnées et rémunérées 28 euros la semaine ?

Oui, à cause d’un vide juridique. Sur les réseaux sociaux, des témoignages de stagiaires dans des services Covid-19 se multiplient : des étudiants seraient réquisitionnés et payés seulement “1 euro 40 de l’heure”. Il s’agit d’une irrégularité liée à un vide juridique provoqué par l’état d’urgence sanitaire. « Un décret autorisant la réquisition des élèves infirmiers va paraître dans les prochains jours, et il définira notamment leurs horaires et leur rémunération », prévient le président de la Fnesi.

Mais la situation n’est pas la même partout: en Île-de-France par exemple, la présidente de la région, Valérie Pécresse, s’est engagée à verser 1540 euros bruts pour ceux de première année et 1830 pour ceux de deuxièmes et troisièmes années, aux quelque 15.000 étudiants envoyés en renfort. 

Tom Kerkour et Naël Ranjon



Catégories :L'Evenement

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :