Confinement : des cours de yoga rassemblent virtuellement plus de 1 500 personnes

Cours de danse, de fitness, de ju-jitsu en ligne : les initiatives pour continuer de se mouvoir en période de confinement ne manquent pas. Diffuser ses cours de yoga sur les réseaux sociaux, c’est le choix qu’a fait Estelle Peretto, une professeure de yoga savoyarde depuis plus d’une semaine. Et elle a entraîné beaucoup de personnes avec elle.

Distanciation sociale oblige, les cours de yoga ont maintenant lieu dans le salon. Photo : Lucie Piccard.

Distanciation sociale oblige, les cours de yoga ont maintenant lieu dans le salon. Photo : Lucie Piccard.

Les mardi, mercredi et jeudi soir, c’est yoga !”, annoncent des posts sur les réseaux sociaux. Les habitudes ont changé depuis les mesures de confinement pour lutter contre la propagation du Covid-19, même à Arêches, un petit village de Savoie.

Auparavant, Flavie Frison-Roche, une monitrice de ski d’une vingtaine d’années poussait les portes d’un local pouvant accueillir 12 personnes pour pratiquer le yoga. Pendant cette période marquée par la distanciation sociale, elle pousse désormais les meubles de son salon pour installer son tapis. Elle se connecte sur Instagram via sa tablette et clique sur le live d’Esprits Outdoor.

Le cadre dans lequel évolue Estelle Peretto fait voyager les internautes. Capture d’écran Instagram.

Le cadre dans lequel évolue Estelle Peretto fait voyager les internautes. Capture d’écran Instagram.

Le visage d’Estelle Peretto, une professeure de yoga de 27 ans apparaît sur l’écran. Sa voix va guider les pratiquantes et pratiquants pendant une heure. Ses mouvements seront reproduits dans plusieurs foyers du Beaufortain et d’ailleurs, grâce à internet. La jeune femme a dû mettre fin à son activité, mais pas au yoga ! Ses cours sont désormais disponibles “gratuitement et pour tout le monde” sur Instagram.

“Entre 1 000 et 1 900 vues totales”

Il y a beaucoup de gens du coin, c’est sûr ! Je vois leurs comptes, ils m’envoient des messages aussi. Je n’arrive pas à répondre à tout le monde, raconte la professeure d’une voix stupéfaite. Après il y a aussi énormément de gens que je ne connais pas. Certains suivaient déjà ma page depuis un petit moment, d’autres se greffent un peu au truc grâce aux informations que j’ai posté sur les réseaux sociaux”.

Chaque jour, le nombre d’adeptes augmente, mais difficile de savoir combien de personnes la vidéo mobilise au même instant. “Je suis assez loin de l’écran et je dois faire le cours donc c’est compliqué de voir combien de personnes sont là en même temps que moi », s’excuse Estelle Peretto.

De plus en plus de personnes suivent le live d’Estelle Peretto. Capture d’écran Instagram.

De plus en plus de personnes suivent le live d’Estelle Peretto. Capture d’écran Instagram.

Après coup, lorsqu’elle regarde les statistiques, il y a “entre 1 000 et 1 900 vues totales à chaque fois ! C’est énorme, je ne me serais jamais attendu à ça, s’exclame-t-elle. Parmi ces personnes, 250 en moyenne assistent entièrement au cours. “Il y a beaucoup de gens qui passent simplement pour regarder, mais il y en a d’autres qui restent pendant toute la vidéo”, constate-t-elle.

Un exercice pas toujours évident à mettre en place

Les cours en live, je n’ai jamais voulu trop en faire parce que ça tue un peu le métier des professeurs de yoga, explique la jeune femme. Mais là, avec le contexte, je me suis dit que ça pouvait être cool.” 

Je l’ai vraiment fait dans une optique de solidarité. » – Estelle Peretto.

« Comme on a beaucoup plus de temps en ce moment, les gens trouvent une heure à se consacrer, précise Estelle Peretto. J’espère que cela crée des automatismes pour eux, qu’ils comprennent les bienfaits que le yoga peut leur apporter durant cette période particulière”.

Les vidéos en ligne nous permettent de continuer notre pratique et de lâcher prise”, constate Flavie Frison-Roche, âgée d’une vingtaine d’années. Toutefois, elle reconnaît que le système n’est pas optimal. “Le virtuel ne nous permet pas d’avoir les mêmes bienfaits qu’en studio. On voit moins bien les mouvements, on ne sait pas vraiment si on se place correctement”, constate-t-elle.

Des doutes partagés par Estelle Peretto. “C’est dur de ne pas pouvoir bien guider les gens. Je ne sais pas s’ils respectent les alignements ou s’ils vont trop au-delà de leurs limites.” Des questions techniques se posent aussi. “La technologie c’est bien, mais j’ai toujours peur que la vidéo coupe, que le gens ne me voient ou ne m’entendent pas bien”.

Estelle Peretto partage ses vidéos sur des plateformes gratuites. Mais elles ne restent accessibles que 24 heures, pour leur “donner un caractère exceptionnel”. Estelle Peretto ne touche plus de revenu depuis deux semaines et ne touche pas au chômage. L’Arêchoise a donc laissé à la disposition de ses abonnés un numéro Lydia, “si le cours leur a plu et qu’ils souhaitent me donner quelque chose”. Plus de 25 personnes ont déjà contribué à la cagnotte. Mais rien n’est obligatoire et la jeune femme poursuivra ses cours quoiqu’il arrive. “Je n’ai que ça à faire de ma journée”, plaisante-t-elle.

Lucie Piccard

#BougezChezVous

Le ministère des Sports recense régulièrement sur son site internet les initiatives virtuelles pour continuer de faire du sport à la maison. Une liste des applications pour se dépenser, se muscler, se détendre ou contrôler son poids, en famille ou pour les personnes à mobilité réduite est disponible. Les recommandations pour pratiquer une activité physique au moment de cette pandémie y sont également explicitées.



Catégories :L'Evenement, Plus Loin

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :