« Les Restos du Coeur servent à créer du lien social »

Joëlle Touré, retraitée, est bénévole au sein de l’association Les Restos du Coeur depuis maintenant huit ans. Elle est en charge du service d’accueil de jour, c’est-à-dire qu’elle vient en aide aux personnes qui vivent dans la rue. Joëlle donne, avec joie, un peu de son temps, pour aider les Vichyssois qui sont dans le besoin. Retour sur les actions de l’association. 

L’effervescent : Quels types d’aides mettez-vous en place pour les sans-abris ? 

Joëlle Touré : On propose aux gens qui vivent dans la rue des douches, de laver leur linge et de le sécher.  En ce qui concerne l’alimentation, on leur offre des soupes en hiver, mais aussi des sandwichs. Pour les personnes ayant des animaux, on donne des boissons et de la nourriture en offrant des croquettes à leur chien. Une fois par semaine, des dames s’occupent des animaux dans la ville et récupèrent des sacs de nourriture qui servent pour les animaux.

Les produits que l’on reçoit proviennent de l’Union européenne. Nos stocks sont alimentés par Montluçon qui centralise toutes les denrées et les envoie ensuite aux autres centres de l’Allier comme celui de Vichy. Tous les matins, en plus de ce que l’on nous livre, des bénévoles vont faire de la ramasse dans les magasins. Ils vont, par exemple, auprès des boulangeries, mais aussi des grands magasins pour récolter des fruits et des légumes. Au bar du centre, on propose le café, des viennoiseries pour les gens qui sont dans la rue et même les autres, ceux qui veulent discuter un petit moment afin de rencontrer des personnes ; on sert aussi un petit peu à ça, à créer du lien social.

Outre la distribution alimentaire, il existe d’autres types de services. Des cours d’alphabétisation sont donnés, principalement pour les migrants qui apprennent le français afin de mieux s’intégrer. Un coiffeur vient également une fois par semaine.

De quelles catégories socio-professionnelles sont issues les personnes que vous accueillez au centre ?

Il y a des gens qui ont perdu leurs emplois et se sont retrouvés dans une situation momentanément difficile. Ils viennent aux Restos du Coeur pour qu’on les dépanne. Dès qu’ils retrouvent un travail – et cela nous est arrivés plusieurs fois – certains deviennent bénévoles à leur tour. Comme on les a aidés un moment, ils redonnent de leur temps pour pouvoir aider les autres personnes.

On accueille aussi les retraités qui n’ont pas beaucoup de revenus et touchent une retraite ne permettant pas d’être autonome sur le plan financier. Les personnes qui sont au RSA également, ainsi que les jeunes femmes seules se retrouvant avec peu de moyens pour subvenir aux besoins de leur famille. C’est la même chose pour les migrants et les étudiants, des gens qui sont dans une situation de précarité. Par contre, les sans-abris, on va leur servir le repas directement dans la rue. Ils ne viennent pas lors de la distribution des denrées alimentaires, car ils ne sont pas inscrits sur les listes des personnes bénéficiant de cette distribution.

Savez-vous combien de personnes sont inscrites sur ces tablettes ?

Oui, 400 familles sont inscrites pour l’instant et ce nombre peut augmenter. Tout au long de l’hiver, il y a de nouvelles inscriptions chaque jour. Ce sont les personnes venant d’un autre département ou d’une autre ville, par exemple Montluçon, et qui déménagent. Elles viennent ensuite s’inscrire sur Vichy. Les inscriptions sont régulières, c’est pourquoi le nombre de personnes inscrites sur les tablettes permettant la distribution alimentaire varie fréquemment.

Au-delà des aides concernant les denrées alimentaires, existe-t-il des logements sociaux apprêtés pour les sans-abris afin de leur permettre d’avoir un toit pour la nuit ?

Les personnes qui sont dans la rue ont la possibilité de téléphoner au 115 qui correspond au numéro du SAMU social. Il y a un hébergement d’urgence, mais il ne comporte que cinq à sept places, ce qui est peu. Ils n’ont cependant pas le droit, s’ils sont accueillis au centre d’urgence, de rester plus d’une semaine. Souvent, les personnes peuvent trouver une place à Vichy pour sept jours, et après ils doivent changer de ville. Donc ils vont sur Moulins. Ils arrivent ensuite dans la ville de Moulins et une fois la semaine passée, ils reviennent à Vichy. Cela permet d’avoir en permanence des places disponibles pour accueillir et aider différentes personnes.

Avant, il y avait aussi l’association les toits du cœur. C’était pour proposer des logements, mais il fallait que les gens aient leurs papiers. Cela passait par le CCAS ( Centre Communal d’Action Sociale ) et après les Restos du Coeur faisaient l’intermédiaire pour trouver un habitat, mais il n’y avait que très peu de gens concernés, avec seulement deux ou trois appartements sur Vichy.

Propos recueillis par Lucas Fontaine



Catégories :L'Evenement, Vichy

Tags:,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :