« Jardin Secret » : quand trois comédiennes déchaînées font lever le Back Step de Vichy

La petite salle de spectacle de Vichy accueillait le 24 et 25 janvier dernier, l’un de leurs nombreux coups de cœur du dernier festival d’Avignon, « Jardin Secret ». Reportage. 

Raphaëlle Lenoble, Mélodie Fontaine et Camille Giry saluant la foule à la fin de la représentation, le vendredi 24 janvier 2020. Photo : Matteo Valette

Raphaëlle Lenoble, Mélodie Fontaine et Camille Giry saluant la foule à la fin de la représentation, le vendredi 24 janvier 2020. Photo : Matteo Valette.

Depuis plus de huit ans, le Back Step, petit café-théâtre de Vichy situé Boulevard des Graves, ouvre ses portes pour toutes sortes de représentation. Le vendredi 24 et samedi 25 janvier laissait place à une comédie satirique intitulé « Jardin Secret ». C’est l’histoire de trois jeunes mères de famille d’horizons très différents qui vont se lier d’amitié dans un jardin d’enfant et ainsi nous partager leurs jardins secrets.

Il est plus de 21h20 quand la salle de 200 personnes est à son comble. Alexandre, qui officie en régie, prévient la foule, il s’agit là du « coup de cœur du dernier festival d’Avignon ». Une comédie « pleine de folie, qui fait chaud au cœur et qui nous fait réfléchir », annonce-t-il avant de procéder au traditionnel lever de rideau.

Le cadre est posé avec un banc posé sur la scène, les trois femmes se présentent : Sandra (Raphaëlle Lenoble) est la « working girl » avocate accro au travail, à l’aise avec son pouvoir de séduction, et légèrement méprisante avec ses deux camarades. Maryline (Mélodie Fontaine) est la bobo artiste haut perchée un peu hippie sur les bords, professeur de dessin au collège et profondément bienveillante. Anne-Charlotte (Camille Giry) représente l’archétype de la catholique coincée, figée dans ses valeurs traditionnelles et maman poule d’une famille nombreuse.

Le jardin pour enfant va devenir leur QG principal et leurs différences vont ainsi constituer progressivement le principal ressort comique de la pièce. Les rires ne se font pas attendre dans la salle, les histoires des trois femmes fonctionnent à merveille alors que chaque réplique instaure une proximité avec le public. Le quatrième mur est souvent brisé, la satire des différents code sociaux est présente (l’arrogance de Sandra qui réussit tout ce qu’elle entreprend déteint sur la personnalité d’Anne-Charlotte) et certaines personnes peuvent réussir à se reconnaître dans les trois personnages.

Un public et une programmatrice conquis

L’histoire commune d’1h10 s’organise en mini-saynètes qui s’enchainent dans un ordre chronologique et qui voit défiler les saisons, les révélations et les transformations. Le public en redemande et applaudis chaque coupure de lumière. Au-delà des ressorts comiques, l’intérêt principal de la pièce réside dans les interactions entre trois comédiennes en osmose. Surtout que l’humour alterne avec l’émotion pour une vraie connexion avec les personnages.

C’est ce qui a plus à Noëlle.V, programmatrice et directrice du Back Step. « La mise en scène d’Elza Pontonnier est très simple avec un banc emblématique et symbolique, des allers-retours dans les coulisses pour marquer la temporalité et on ne s’ennuie jamais », témoigne-t-elle. « Quand nous avions vu le spectacle à Avignon en juillet dernier, nous avions été impressionnés par l’énergie de ces actrices, sans aucun temps mort », raconte la directrice.

Sans oublier des références de l’époque comme les gilets jaunes, le harcèlement scolaire, le mariage homosexuel et même les violences faites aux femmes (le personnage de Marylin ayant tué son mari par ce qu’il la battait), la comédie se met à l’heure du temps et résonne dans nos cœurs.

« Une belle histoire d’amitié »

Au niveau des spectateurs présents le vendredi 24 janvier, le son de cloche est identique. Pour Sébastien, venu avec sa femme Virginie, « on aimerait rencontrer les personnages dans la vraie vie pour rire avec elles et partager nos histoires ». A la sortie de la pièce, Véronique a trouvé que « la pièce était une belle histoire d’amitié entre trois femmes pourtant très différentes » et même si « l’histoire n’est pas très originale et les caractères un peu trop poussés dans la caricature, les comédiennes sont vraiment attachantes et c’est l’essentiel ».

Enfin pour Aliya, venue avec ses deux sœurs, « c’est une pièce pleine de légèreté qui fait beaucoup de bien, et d’où on ressort un grand sourire aux lèvres ». Une soirée qui s’est conclue par un moment d’échange avec les trois comédiennes du soir et le public dans la salle principale où la bonne humeur n’entachait en rien nos jardins secrets.

* Jardins Secrets, de Béatrice Collas. Mise en scène : Elza Pontonnier. Avec Raphaëlle Lenoble, Mélodie Fontaine et Camille Giry.

Matteo Valette



Catégories :Vichy

Tags:,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :