Affaire Sudpresse vs Nordpresse : « Je pense que l’initiative est bonne, au départ… »

Nordpresse est un site parodique créé en 2014 pour pasticher le site d’informations Sudpress. Ce dernier a engagé plusieurs actions en justice contre le site parodique.

Oriane Alcarini, jeune journaliste française de 22 ans pour le site purepeople, donne son ressenti sur les médias belges. En 2018, à l’occasion de sa formation au Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes, elle a écrit un article pour ChekNews sur le « site parodique ou le générateur de fake news » Nordpresse.

Vincent Flibustier a lancé Nordpresse en 2015 en réponse aux articles publiés par Sudpresse. Comment définiriez-vous ce média ? 

Le problème, c’est que Nordpresse est à la fois un site parodique, satirique et humoristique. Vincent Flibustier, le créateur, se prend vraiment pour le chevalier blanc du journalisme. 

Que pensez-vous de la « manière d’éduquer » aux fausses informations de Vincent Flibustier ? 

Pour lui, Nordpresse est une manière d’éduquer les gens, mais il le fait de façon très trompeuse, en mélangeant des informations qui sont vraies et d’autres qui sont fausses. Parfois c’est drôle, mais le problème, c’est que des gens y croient vraiment.  

Je pense que c’est une très mauvaise manière de faire ; ce n’est pas comme ça que l’on doit procéder. D’après moi, ce n’est pas en essayant de piéger les gens qu’on leur apprend quelque chose. Le problème c’est qu’il enseigne aussi, il fait des cours d’éducation aux médias dans les collèges et les lycées donc c’est un peu un danger. 

Son site a commencé par une blague puis, dans une douce escalade, ça c’est fini par le partage d’informations personnelles et de ses opinions politiques. Il a été accusé de tenir des propos d’extrême droite sous couvert d’humour noir. 

Comment voyez-vous la déontologie du journalisme chez Sudpresse ?

Il n’y a aucune déontologie chez Sudpresse, c’est pour ça qu’au départ l’initiative de Vincent est bonne. Au début, avec Nordpresse, il dénonce la crise des médias en Belgique. En France, on est mieux lotis ; quand on regarde notre presse, elle n’est pas déontologique de A à Z, mais en Belgique, c’est de pire en pire. Quand on voit que Sudpresse est un gros média, ça fait peur parce que ce type « d’information », pour moi, n’est juste pas possible ! Ce sont des informations qui sont reprises de sources sombres et douteuses avec des titres « putaclics ».

Julie Amblard



Catégories :L'Evenement

Tags:, , , ,

1 réponse

  1. Très bon article, qui prend le pour et le contre. Le seul appréciable des trois je trouve.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :