Insécurité à vichy : réelle tendance ou idée reçue ?

Dans le contexte actuel des élections municipales arrivant à grand pas, il est temps de se questionner sur la réussite du mandat de Frédéric Aguilera. Le défi sécuritaire est affiché comme une priorité depuis son arrivée à la tête de la ville en 2017, mais un sentiment d’insécurité grandit chez nombre d’habitants. Alors ce dernier est-il fondé ?

cover

« Vichy n’est pas sûre », « ne sortez pas la nuit tout seul ». Quand on parle sécurité à Vichy, il ressort de la bouche de certains habitants des propos méfiants. La volonté de Frédéric Aguilera à son arrivée à la mairie était pourtant claire. Le site internet de la mairie assure encore aujourd’hui que « la sécurité est au cœur » de l’action du maire. La sécurité est un enjeu majeur pour conserver à Vichy un cadre de vie propice à sa taille moyenne.

Trouver des personnes pour témoigner de violences subies à Vichy n’est pas difficile. Et c’est ce qui peut faire croire à une situation délicate sur le plan de l’insécurité. En témoigne le cas de cette commerçante qui a été victime d’une agression dans son petit commerce, début novembre. « D’un coup, il m’a poussé et a plongé sa main dans ma caisse pour remplir ses poches de billets.  Il est parti avec trois billets de cinquante euros et un billet de vingt euros », témoigne-t-elle. Cette agression n’est pas un cas isolé et cela contribue au sentiment d’insécurité que peuvent ressentir les vichyssois.

Place de la poste

Mais en réalité, l’insécurité n’est pas plus importante qu’ailleurs, selon Pierre Géraudie, journaliste de La Montagne à l’agence de Vichy. « L’insécurité est un ressenti. De ce qu’on a pu constater à La Montagne il n’y a pas forcément plus de délits que les années d’avant », estime-t-il. Ce dernier n’est pas le seul à démentir une augmentation des délits. Jean-Jacques Rouy, président de l’association des commerçants de Vichy, est catégorique : « Non, je n’ai constaté aucune évolution des violences. »

Une population vieillissante

Il n’est pas question de dire ici qu’il ne se passe rien à Vichy. Il y a bien sûr quelques zones qui concentrent plus de cas d’agressions que d’autres, mais il faut simplement prendre conscience que ces événements restent relativement peu nombreux vis-à-vis d’autres villes. Selon le gérant du bar le Gaulois, « la place de la gare est un des lieux dans lesquels il peut se passer des choses la nuit. Mais personnellement, je n’ai jamais rien vu ce qui prouve bien que ce n’est pas aussi dangereux qu’on peut le raconter. »

Gare de Vichy

La gare, un lieu réputé pour ses agressions. Peut-être un peu trop compte tenu de la réalité de la situation.

La réalité de la situation en terme de sécurité n’est donc peut-être pas aussi préoccupante qu’on pourrait le croire. Mais alors comment expliquer cet emballement et ce sentiment général que Vichy n’est plus sûre ? Ceci peut tout d’abord être imputé à la nature de la population vichyssoise. Cette ville n’est pas particulièrement jeune malgré une augmentation conséquente du nombre d’étudiants. Ce qui saute le plus aux yeux concernant la répartition des tranches d’âge dans la population, c’est plutôt la présence importante des « plus de 60 ans ». Comme il est possible de le voir avec le graphique ci-dessous, cette catégorie de la population représente près de 40 % des habitants de Vichy à elle toute seule.

graphe1

Mais il s’agit là non pas d’un simple constat réalisé en 2016. En se penchant sur l’étude précédente, il est possible de dégager une tendance. Ainsi, comme le montre le graphique suivant, la part des « plus de 60 ans » est en augmentation.

graphe2

Les seniors sont donc très présents à Vichy. Mais quel rôle jouent-ils concrètement dans la propagation du sentiment d’insécurité ? Ils sont en général plus méfiants que le reste de la population. Un seul événement suffit donc à créer chez eux une peur pas toujours justifiée. Le bouche-à-oreille entre eux est en outre facteur de partage de ce sentiment.

Les réseaux sociaux : facteur d’amplification

SI le bouche-à-oreille fait se propager rapidement les informations, il n’y a pas plus rapide que les réseaux sociaux. En particulier Facebook, qui représente aujourd’hui un moyen pour les habitants d’une ville de se retrouver et de partager des informations concernantes. Cette espace de partage prend tout son sens lorsque des groupes sont créés spécialement pour le partage d’information sur la vie de la ville. Bien sûr, Vichy ne déroge pas à la règle.

Parmi les pages vichyssoises qui existent, « Vichy notre ville » semble être la plus imposante par sa communauté. Près de 25 000 personnes font parties de ce groupe dans lequel les membres peuvent poster tout contenu concernant Vichy. Il ainsi possible de voir passer des informations concernant des agressions ayant eu lieu en ville, comme en témoignent les captures d’écran ci-dessous.

cap2

cap3

Ce type d’information est fréquent sur les réseaux sociaux. Si l’on prend l’exemple des deux publications ci-dessus, elles ont été partagées et commentées dans des proportions impressionnantes comparées aux autres informations circulant sur le groupe. Cette vitesse de circulation de l’information joue donc un rôle important dans le sentiment d’insécurité.

Le journaliste Pierre Géraudie prend comme exemple un événement tragique qui s’est déroulé à Vichy. Dans le parc des sources, un jeune se trouvait avec des amis et a trouvé sur son chemin un autre groupe de jeunes. La situation a dégénéré. Un jeune a été poussé, il s’est cogné le crâne et a succombé à ses blessures. Ce cas, aussi malheureux soit-il, n’était pas un meurtre intentionnel. Et pourtant, il a provoqué une vague de peur chez les vichyssois. Pierre Géraudie explique : « Pendant un ou deux mois on entendait qu’on ne pouvait plus sortir à Vichy la nuit parce qu’il y avait quelqu’un qui s’était fait tué en pleine ville. »

« Un fait sur un instant T peut prendre des proportions beaucoup trop grandes du fait de la circulation facile des informations. » – Pierre Géraudie, journaliste

Dès son arrivé à la tête de la mairie, Frédéric Aguilera a exprimé sa volonté d’agir pour renforcer la sécurité à Vichy. A la tête de sa politique sécuritaire ? Un certain Pierre Berrieux, directeur des services de sécurité de Vichy. Ce dernier constate effectivement une relative évolution de la délinquance dans le cœur de la ville tout en rappelant la part d’irrationalité contenu dans le sentiment d’insécurité.

Armement des policiers municipaux et vidéosurveillance

La ville a connu diverses mesures afin de lutter pour la sécurité des habitants. La plus importante est sûrement l’équipement d’un système de videoprotection et de surveillance. L’installation qui avait débuté en 2007 a été complétée durant le mandat. Aujourd’hui, environ 150 caméras surveillent le cœur de la ville. Selon Pierre Berrieux, les résultats de ces installations sont déjà visibles : « Sur un certain nombre de zones qui n’étaient pas équipé par le passé et qui viennent d’être équipé, on a vu une évolution des comportements.

« Les caméras ont sécurisé certaines zones. » – Pierre Berrieux, directeur des services de sécurité de Vichy

Autre mesure importante : l’armement des policiers municipaux. Si la seule présence de policiers municipaux est un « plus » pour la ville, l’armement est une nouvelle étape vers de plus grandes responsabilités pour les agents. Ainsi en 2018, la police municipale s’est vue octroyée un budget de 52 000 euros en équipements d’armes non létales. Une réponse de plus au sentiment d’insécurité que les autorités locales prennent au sérieux.

Pierre Berrieux insiste : l’insécurité est un problème à régler en permanence. Mais l’arrivée des élections municipales ne va pas changer la donne selon lui : « Il n’y a pas d’inflexion particulière par rapport à la période électorale. » Inflexion ou non, il est certain que la sécurité des vichyssois sera un des thèmes clés de cette campagne.

Lucas Lauber, Alex Gauthier, André Fontaine



Catégories :Plus Loin, Vichy

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :